La revue XXI fête ses 5 ans et plaide pour un "autre journalisme"

Capture d'écran
Capture d'écran - © revue21.fr

La revue XXI, trimestriel à la frontière du livre et du magazine, plaide pour un autre "autre journalisme", sans publicité et "utile", dans un manifeste publié dans son 21e numéro à l'occasion de son cinquième anniversaire le 10 janvier.

"Et s'ils avaient tort ? Et si la conversion numérique était un piège mortel pour les journaux ?", se demandent Laurent Beccaria et Patrick de Saint-Exupéry, les fondateurs de cet objet journalistique non identifié.

Vendue 15,50 euros et ne comptant aucune page de publicité, XXI a rencontré le succès dès sa sortie et est bénéficiaire. La revue est diffusée à 50.000 exemplaires en France. Son modèle a fortement inspiré d'autres publications du même type ("Hobo", "We demain").

Dans son manifeste de 20 pages truffées de références, citations et anecdotes, les deux patrons de XXI plaident "pour un journalisme utile".

Malgré les "mutations perpétuelles" et les "solutions miracles", avancées par les éditeurs de presse à "chaque saison", la mutation numérique est un "gouffre" financier, jugent les auteurs.

L'historien des médias Patrick Eveno, estime que "faire payer le lecteur, ça marche seulement sur des niches". "C'est utopique de vouloir détacher le journalisme des contraintes économiques et financières, parce que le journalisme est né avec l'économie de marché", a-t-il déclaré à l'AFP.

Pour le sociologue des médias Jean-Marie Charon, XXI et Mediapart, dont le modèle rentable et sans publicité est également mis en avant dans le manifeste, "sont de petites rédactions qui sont concentrées sur des modèles particuliers (les reportages au long cours, l'investigation, ndlr) et qui ne relèvent pas du traitement de l'actualité en continu" nécessitant des moyens plus conséquents.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK