La revue de presse : Tic-tic, l'heure tourne !

L'heure tourne pour le climat, bien sûr, mais elle tourne aussi pour les partis politiques.

 

Les élections auront lieu à la fin du mois de mai. C’est donc maintenant qu’il faut convaincre l'électeur qu'il a été entendu. " Oh, c'est épuisant. Oh ça irrite. Oh cela frustre, même " écrit De Morgen " de voir la manière dont les politiciens traitent l'indignation des fâchés du climat... Chaque parti tente de récupérer un peu de place, un peu de soleil, un peu de légitimité. Groen fait comme si les deux porte-paroles flamandes des écoliers avaient déjà leur place sur ses listes. Le CD&V se sent renforcé dans sa politique par les manifestations. Le Parti est même prêt - puisque les élèves sont venus manifester chez eux, le parti est prêt à se rendre dans les écoles pour donner des leçons de politique environnementale. L'Open VLD recycle une ancienne proposition de loi : abaisser la TVA sur les rénovations. La N'VA avance des concepts ‘écoréalisme’ ‘écomodernisme’ comme si c'était son service de recherche qui les avait inventés. Et le SP’A rappelle qu'il a été le premier à proposer que le bureau du plan quantifie ses propositions. "

 

Ce qui frustre et énerve le Morgen, c'est de retrouver derrière chaque idée - bonne ou mauvaise - le même modèle politique. A une demande réelle de la population, il faut très vite lancer à voix haute, très fort, une réponse toute faite. Pour tuer le débat dans l'œuf, et pouvoir enchaîner avec un bon vieux thème, bien huilé, qui lancera un nouveau débat. Le Morgen - pas franchement le plus naïf des quotidiens - se prend à rêver " plutôt que de sans cesse recycler les mêmes vieux réflexes, peut-être que c'est le modèle même de la rue de la Loi qui devrait changer. Ne laissons pas l'horloge politique ronronner. Ne laissons pas les partis prétendre qu'ils ont entendu les jeunes, laissons-leur le temps de reprendre leur courage à deux mains. "

 

Le Standaard poursuit en ce sens. " Même s'il s'agit du climat et si même, il y a cette urgence climatique, souhaitons-nous l'abandon de la démocratie? " N'oublions pas, plaide le quotidien que chacun doit continuer à disposer d'une voix, citoyen lambda comme expert climatique et n'oublions pas non plus qu'il revient au monde politique de proposer les solutions praticables.

Marcher pour l'Excellence?

Pour La Libre, les jeunes et leurs parents qui manifestent pour réclamer cette politique climatique et énergétique. Ceux-là méritent un bravo. Pour autant que ceux qui s'autorisent à brosser ne s'empêchent pas aussi de bosser. Et pour autant que les heures passées à battre le pavé soient précédées et suivies de réflexions sur les actions individuelles et collectives à mener pour faire respirer la Terre. Surtout, le quotidien note que si l'heure tourne pour le climat, elle tourne aussi pour d'autres débats. " Le Pacte d'excellence se retrouve bloquer dans l'une de ces réformes par les Libéraux. Il s'agit de faire en sorte que le réseau officiel se détache de l'administration. Les libéraux, partisans de cette réforme, s'y opposent pourtant. Ils craignent la politisation et l'ampleur des structures créer. Le projet initial a donc été revu. Mais pas assez pour le MR qui coince toujours.

Comme si le timing des élections jouait ici à fond. " Le texte est évidemment perfectible. Mais rien ne justifie ce blocage " estime La Libre. " Rien sinon la crainte du MR de voir PS et CDH tirer bénéfices du Pacte. "  L'heure tourne, ici aussi, car il reste 3 jours avant le vote définitif. La crainte de perdre quelques plumes électorale vaut-elle la peine de bloquer le Pacte d'excellence? L’heure tourne, le MR répondra donc bientôt.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK