La revue de presse: les allocations familiales, la chasse, un peu de tout

Dans la presse ce matin, on chasse.

Dans le Soir et SudPresse, on traque les responsables de ce couac dans le paiement des allocations familiales. À qui la faute ? Famiwal, l'organisme payeur des allocations, ou son prestataire bancaire, Belfius ? "C'est pas, moi, c'est lui", peut-on lire en Une de l'Avenir. Alors oui, nous dit SudPresse, des allocations qui arrivent le lundi au lieu du vendredi précédent, on n'y voit pas forcément de quoi faire une chasse aux sorcières. Mais ce serait oublier que de nombreuses familles attendent avec impatience ce montant bienvenu dans le budget familial. "Pour eux, ce retard est bel et bien un drame", affirme Le Soir. Et même s'il s'agit plutôt d'un problème entre Famiwal et Belfius, "les électeurs risquent de s'en souvenir dans trois mois, au moment de rentrer dans l'isoloir". Sans plus attendre, la Ministre de l'Action sociale Alda Greoli demande des comptes. Elle part à la chasse, de peur de perdre sa place, en mai prochain.

Les c(h)asseurs chassés

Dans l'Avenir, qu'il soit avec ou sans son chien, le chasseur n'a pas bonne presse et fait peur. Selon un sondage de la Ligue royale belge pour la protection des oiseaux, les Wallons et les Bruxellois ne se sentent pas en sécurité dans la nature en période de chasse. La crise de la peste porcine n'a évidemment pas arrangé leur image ces derniers temps, alors les chasseurs deviennent les proies. Les opposants de la discipline profitent de l'occasion pour lancer une nouvelle campagne contre la chasse. L'Avenir nous rappelle cependant que la chasse aide à réguler le gibier. Mais il faudra tout de même évoluer. "Le monde change, conclut l'Avenir, il n'y a pas de raison que la chasse fasse exception".

De son côté, La Libre veut chasser les casseurs: Jean-Claude Matgen, qui signe l'édito ce matin, s'insurge des débordements qui ont eu lieu ce weekend à Hal. Des hooligans se revendiquant proches du Standard de Liège s'y sont rendus pour aller attaquer des supporters d'Anderlecht qui organisaient un repas dans cette commune flamande. Dans la bagarre, ils ont aussi attaqué des ambulanciers qui aidaient une victime à terre. Une nouvelle fois, des secouristes, tout comme leurs collègues policiers et pompiers, sont pris pour cible, s'inquiète La Libre. "Des faits qui illustrent le degré d'incivisme de certains citoyens" pour le quotidien. La Libre demande dès lors des mesures pour protéger ceux qui nous protègent, pour qu'ils restent des aides et non des proies.

Et si on faisait sans les "Mois sans" ?

"Tournée minérale", "Dry January", mois sans supermarchés... Vincent Schmidt en a visiblement marre. "Peut-être est-elle ici, dit-il dans La Dernière Heure, la solution aux problèmes de pouvoir d'achat". On achète moins, on boit moins, on vide le congélateur, on fait des économies. Mais pour lui, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle. "Arrivera bien le mois sans rien", ironise-t-il. Pour lui, "la multiplication de ces campagnes leur fait perdre tout leur sens". En mai 68, les manifestants clamaient qu'il est interdit d'interdire. Aujourd'hui, Vincent Schmidt a envie d'une chose : qu'on nous laisse vivre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK