La 'ministre' de l'Education de Trump noyée sous les huées lors d'un discours (vidéos)

La secrétaire d'Etat du président Trump ne fait de loin pas l'unanimité. Même au sein de son propre camp.
La secrétaire d'Etat du président Trump ne fait de loin pas l'unanimité. Même au sein de son propre camp. - © NICHOLAS KAMM - AFP

La secrétaire d’Etat à l’éducation de l’administration Trump, la milliardaire Betsy DeVos, était l’orateur choisi par l’Université Bethune-Cookman de Floride lors de la cérémonie de remise des diplômes.

Et le moins qu’on puisse écrire est que cela ne s’est pas bien passé.

Dès sa présentation par une autre oratrice, les huées et les cris d’indignation ont commencé. Ils ne s’arrêteront plus tout au long de la prestation de la secrétaire d'Etat et noieront toute son intervention.

Même l’intervention du Doyen de l’université (ci-dessous à 0'33'') -qui menace les étudiants d’être privés de cérémonie de remise des diplômes si le chahut se poursuit- n’y change rien. Au contraire. Tant le Doyen que la Secrétaire d’Etat resteront de longues secondes debout et silencieux face à un parterre d’étudiants qui les conspuent:

Symboliquement, de nombreux étudiants présents ont carrément tourné le dos à l’oratrice.

Controversée

Il faut dire qu’il s’agit-là, comme plusieurs membres de cette administration, d’un personnage très clivant. Betsy DeVos est très impopulaire auprès des milieux scolaires, qui lui reprochent surtout sa profonde inexpérience et son ignorance des matières relevant de ses compétences, notamment en matière d'écoles publiques.

Son audition pré-investiture devant le Sénat n’avait pas permis de balayer ces reproches et les avait même plutôt renforcés, tant sa prestation avait été jugée catastrophique par de nombreux observateurs.

Malgré cet échec lors de son audition, elle avait finalement été confirmée mais en bénéficiant d’un vote historique du vice-Président Mike Pence, venu à sa rescousse alors que les votes de l’assemblée étaient bloqués à 50 pour et 50 contre. Une première dans l’histoire des Etats-Unis.

Deux élus républicains avaient d’ailleurs voté contre sa nomination, arguant que la candidate d’alors n’était pas taillée pour le job, de par son ignorance des réalités de l’école publique et des lois censées protéger les étudiants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK