La marine américaine lance un jeu vidéo pour combattre la piraterie

Un cargo battant pavillon philippin surveillé par un hélicoptère et une embarcation rapide américaine , le 25 mars 2011 en mer d'Arabie
Un cargo battant pavillon philippin surveillé par un hélicoptère et une embarcation rapide américaine , le 25 mars 2011 en mer d'Arabie - © Robert Guerra (AFP)

La marine américaine s'apprête à lancer un jeu vidéo en ligne mettant en scène des attaques de pirates somaliens contre des navires marchands, faisant ainsi appel aux amateurs pour tenter d'enrichir sa stratégie contre la piraterie.

Les militaires espèrent que la contribution des civils permettra de trouver des solutions "qui ne nous seraient jamais venues à l'esprit à propos de ce problème géopolitique crucial", déclare à l'AFP Lawrence Schuette, directeur de l'innovation au Bureau de recherche navale, une émanation du Pentagone.

L'idée a séduit: le lancement du projet a dû être reporté en raison du trop grand nombre d'inscriptions: plus de 9000 au lieu des 1000 attendues au départ.

"La piraterie est un problème récurrent dans la corne de l'Afrique qui intéresse beaucoup de monde, c'est pour cela que nous avons choisi ce scénario pour ce programme pilote", a déclaré Lawrence Schuette.

Le jeu se divise en trois parties d'une semaine chacune. La première semaine, les joueurs devront proposer des solutions très brèves face à un problème précis de piraterie. Ils devront aussi imaginer des innovations ou des moyens de défense en répondant à des questions comme "Quel type de ressource pourrait renverser la situation en Somalie?".

Dans un second temps, plusieurs scénarios seront introduits dans le jeu. La phase finale se jouera en équipes, lesquelles devront bâtir un plan d'action complet. "Des points seront accordés aux plans d'action des joueurs les plus innovateurs pour qu'ils ajoutent encore plus de détails à leur stratégie", explique Lawrence Schuette.

Les internautes souhaitant participer peuvent s'inscrire à l'adresse .

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK