La loi polonaise controversée sur les médias publics inquiète l'UER

Pologne: la loi controversée sur les médias publics a été promulguée
Pologne: la loi controversée sur les médias publics a été promulguée - © JANEK SKARZYNSKI - AFP

Le président conservateur polonais Andrzej Duda a signé la loi controversée sur les médias publics, critiquée par l'opposition et qui inquiète l'UE, a indiqué à la presse jeudi sa porte-parole.

La loi soumet de fait la télévision et la radio publiques au contrôle du gouvernement conservateur.

"Il est important pour le président que les médias publics soient impartiaux, objectifs et crédibles", a déclaré Malgorzata Sadurska. Selon elle, actuellement les médias publics ne respectent pas ces principes.

Les deux chambres du Parlement polonais, dominées par les conservateurs du parti de Jaroslaw Kaczynski (PiS), avaient adopté la loi fin décembre.

Les nouvelles dispositions font expirer avec effet immédiat les mandats des membres des directions et des conseils de surveillance de la télévision et de la radio publiques.

Des nominations par le ministre du Trésor

C'est le ministre du Trésor qui aura désormais la compétence de nommer et de révoquer les nouveaux patrons des médias publics, jusqu'à présent choisis par voie de concours organisés par le Conseil national de l'audiovisuel (KRRiT).

Plusieurs organisations internationales de médias comme l'Union Européenne de Radio-Télévision (UER), l'Association des journalistes européens (AEJ) et Reporters sans frontières (RSF), ont exprimé leur "indignation" face à ces dispositions. Pour Jean-Paul Philippot, président de l'UER, cette décision met gravement à mal les valeurs de médias publics. Ceux-ci jouent un rôle essentiel dans la société et dans l’expression de son pluralisme. Pour cette raison, nous ne transigerons jamais sur l’indépendance éditoriale qui exige des garanties structurelles qui n’existent plus aujourd’hui en Pologne. Il n’est pas acceptable que les balises mises au cours des vingt dernières années pour assurer l’indépendance des services publics audiovisuels et l’abandon des médias d’état soient ainsi ébranlées.

La Commission européenne avait également demandé au ministre des Affaires étrangères Witold Waszczykowski "de fournir des informations relatives à ce projet de loi".

Le parti Droit et Justice (PiS) de Jaroslaw Kaczynski, pour qui il ne s'agit que d'un "premier pas" de la réforme, a déjà annoncé que la télévision et la radio publiques, ainsi que l'agence de presse PAP, qui sont actuellement des sociétés de droit commercial contrôlées par l'Etat, seraient transformées en institutions culturelles "nationales" parrainées par un Conseil des médias nationaux, à mettre en place par le nouveau pouvoir.

Pour l'opposition polonaise toutes tendances confondues, il s'agit tout simplement d'une prise de contrôle de ces médias par les conservateurs au pouvoir depuis deux mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK