Fats Domino, légende du rock'n roll, est décédé à l'âge de 89 ans

Fats Domino, pionnier du rock'n roll, est décédé à l'âge de 89 ans, vient-on d'apprendre auprès de la station 4WWL. Il est décédé chez lui, paisiblement, entouré de sa famille, précise sa fille. 

Antoine Dominique Domino était né le 26 février 1928. Dès le début des années 50, il incorpore des influences dixieland au rythm'n'blues. Certains considèrent d'ailleurs son premier 45 tours "The Fat Man" comme le premier disque de rock'n'roll de l'histoire.

C'est le plus célèbre interprète de la chanson "Blueberry Hill" mais aussi un an plus tôt de "Ain't that a shame" son premier hit en 1955.

65 millions de disques

L'auteur-compositeur-interprète emblématique de la Nouvelle-Orléans dont il était ambassadeur aura au total écoulé 65 millions de disques.

Fats Domino, connu pour vivre reclus, s'était retiré de la scène peu de temps après l'ouragan Katrina et avait vu sa santé décliner au cours des dernières années. Il avait donné sa dernière performance publique en 2007.

Fats Domino était l'un des neuf frères et soeurs d'une famille de musiciens. Il parlait le créole français avant l'anglais, et a appris à jouer du piano avec son beau-frère, Harrison Verrett. Il a abandonné l'école et a commencé à jouer dans les clubs de musique et les bars.

C'est le bassiste et chef d'orchestre, Billy Diamond, qui lui a donné son surnom. "Je savais que Fats traînait dans une épicerie. Il m'a rappelé Fats Waller et Fats Pichon", explique Billy Diamond dans une interview. "Ces gars étaient de grands noms et Antoine - c'est comme ça que tout le monde l'appelait à l'époque - venait de se marier et de prendre du poids. J'ai commencé à l'appeler 'Fats' et ça a marché."

En 1955, Domino a eu quatre autres succès dans le Top 40, dont "My Blue Heaven". Plus tard, en 1959, "Whole Lotta Loving", "I'm Ready" et "I Want to Walk You Home".

Pas de Beatles sans Fats Domino

Au cours de sa carrière et de son ascension dans une Amérique où régnait la ségrégation raciale, Fats Domino a également été reconnu pour avoir subi la discrimination raciale afin de devenir l'un des pionniers de la musique rock - populaire parmi les fans de toutes les races.

Son style distinctif au piano a permis à Fats Domino de se démarquer. Son jeu a également influencé d'innombrables musiciens, y compris les Beatles, qui l'ont rencontré en coulisses lors de leur concert de 1964 au City Park Stadium de la Nouvelle-Orléans. "Il n'y aurait pas eu de Beatles sans Fats Domino", a déclaré un jour John Lennon.

Ironiquement, c'est "l'invasion (pop) britannique" lancée par les Beatles qui a poussé Fats Domino hors des projecteurs. Mais il a continué à se produire dans le monde entier, consolidant sa réputation de géant de la musique.

Parmi les premiers intronisés au Rock and Roll Hall of Fame (par Billy Joël, voir vidéo ci-dessous), sa timidité l'a amené à refuser une invitation à la cérémonie. Il a également décliné une invitation à se produire à la Maison Blanche, bien qu'il ait accepté la Médaille nationale des arts du président Bill Clinton en 1998.

Quatre chansons de Fats Domino ont été nommées au Grammy Hall of Fame pour leur importance dans l'histoire de la musique: "Blueberry Hill", "Ain't that a Shame", "Walking to New Orleans" et "The Fat Man".

Fats Domino a également reçu un Grammy Lifetime Achievement Award en 1987 et un Grammy Lifetime Achievement Award en 1987. Le magazine Rolling Stone l'a classé au numéro 25 dans la liste des "plus grands artistes enregistré de tous les temps".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK