L'un des derniers musiciens créateurs de la chanson "Indépendance cha cha" décède à 97 ans

L'un des deux derniers musiciens du groupe African Jazz qui avait participé à l'enregistrement de la célèbre chanson congolaise "Indépendance cha cha", symbole de l'émancipation de l'Afrique dans les années 1960, a été enterré lundi dans la banlieue de Kinshasa, a rapporté l'agence congolaise de presse (ACP), reçue mardi à Bruxelles.

L'ancien guitariste Armando Mwango, alias Brazzos, est décédé le 9 novembre dernier à l'âge de 97 ans. Il a été inhumé lundi à la nécropole Entre terre et ciel, dans la commune de N'Sele, à l'issue d'une cérémonie funèbre dans la commune kinoise de Gombe, au cours de laquelle il a été décoré de la médaille d'or du mérite des arts, sciences et lettres.

Plusieurs personnalités politiques, des artistes, des opérateurs et des chroniqueurs culturels ont participé à cette manifestation, pour rendre hommage à l'un des derniers du groupe des musiciens ayant chanté début 1960 à la Table ronde de Bruxelles qui avait conduit à l'indépendance du Congo belge le 30 juin suivant.

Le groupe African Jazz avait rejoint à Bruxelles la délégation congolaise qui avait négocié de l'indépendance de la colonie pour "distraire" ses membres.

Nous voici enfin libres.

La chanson, improvisée et chantée en lingala, affirme "Indépendance cha cha, tozuwi ye" ("Indépendance cha cha, nous l'avons obtenue / Nous voici enfin libres / À la Table ronde, nous avons gagné / Vive l'indépendance que nous avons gagnée").

Le nom des principaux leaders politiques est honoré dans la chanson: le futur premier président Joseph Kasavubu, son éphémère et légendaire Premier ministre, Patrice Emery Lumumba, le Katangais Moïse Tshombé...

Selon l'ACP (officielle), le seul musicien du groupe African Jazz - fondé en 1953 par Joseph Kabasele Tshamala, alias Grand Kallé, qui avait eu le génie d'électrifier la rumba - encore en vie est le percussionniste Pierre Yantula Bobina, alias Petit Pierre.

Il a exprimé ses regrets quant à la disparition de son coéquipier. Il a profité de l'occasion pour évoquer le non-paiement jusqu'à ce jour de droits d'auteur de leurs anciens titres dont "Indépendance cha cha", devenue l'hymne de l'émancipation de tout le continent noir, selon l'écrivain Alain Mabanckou.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK