L'homme au harpon: un jeu interactif sur la libération conditionnelle

Le jeu propose à l'internaute de se battre pour obtenir sa libération conditionnelle
4 images
Le jeu propose à l'internaute de se battre pour obtenir sa libération conditionnelle - © Tous droits réservés

Ecrit et réalisé par Isabelle Christiaens, le feuilleton documentaire "L’homme au harpon", qui sera diffusé les mardis 12, 19 et 26 mai en prime time sur La Deux, suit le parcours d’Alain, 45 ans, lors de ses congés pénitentiaires. Condamné à 14 ans de prison pour avoir tenté de tuer le mari de sa maîtresse, Alain est déjà resté 4 ans derrière les barreaux. Il espère sa libération conditionnelle et prépare sa réinsertion. Arrivera-t-il à surmonter tous ces obstacles ? En parallèle à la série, RTBF Interactive sort son premier "serious game" : un jeu de rôle réaliste, dans lequel il est possible d’incarner un prisonnier en quête de sa libération conditionnelle. Cette expérience est une immersion dans la problématique de la réinsertion post-carcérale.

Suivez en direct les trois premiers épisodes ainsi que le débat 

Que feriez-vous si vous étiez condamné à une lourde peine ? Aimeriez-vous avoir une seconde chance ? En plus de la série documentaire, RTBF Interactive invite l’internaute à endosser le rôle d’un prisonnier à la poursuite de sa libération conditionnelle, dans le cadre d’un "serious game".

L’objectif est de faire changer les mentalités, de casser les préjugés et les jugements à l’emporte-pièce.

Le jeu se présente assez simplement : "L’internaute doit s’inscrire et une série de questions lui sont posées : 'Avez-vous de la famille ?', 'Où logez-vous ?',... Ces questions d’introduction permettront de déterminer la suite du jeu (composé de 16 questions au total)", explique Jeanne Nutte, membre de l’équipe de création du jeu.

Plusieurs choix sont ensuite proposés à l’internaute : "Le joueur doit choisir quel délit il a commis entre faits de drogues, homicide involontaire, ou vol avec violence, par exemple", raconte Jeanne Nutte.

Pour réussir, il s’agit de gérer certains éléments, comme le "moral" et le "budget", représentés en petites jauges, sans quoi l’internaute tomberait en "game over".

"Le jeu crée une atmosphère particulière, c’est un univers assez lourd. Mais le 'serious game' est une très bonne manière pour se rendre compte de ce que vit une personne à la recherche de la libération conditionnelle", détaille-t-elle. L'expérience se veut avant tout interactive et sérieuse : "Le jeu peut être essayé en famille ou entre amis. Il s’ouvre à tout public".

Il sera possible pour l'internaute de jouer tout en regardant la série documentaire, une question sera alors posée tous les deux épisodes. "Il est important de préciser que l’on se met du côté de la personne en quête de libération conditionnelle. C’est un parti pris, mais il y a toute l’éthique journalistique du documentaire derrière. Ce n’est pas pour autant que les victimes sont négligées par le jeu, au contraire. C’est juste un point de vue qui permet de comprendre la complexité de la situation", conclut-elle.

Rendez-vous sur rtbf.be/harpon dès le 12 mai.

Réagissez sur Twitter via le hashtag #harponRTBF et rejoignez le débat sur la réinsertion avec Malika Attar, après la diffusion des trois premiers épisodes.

 

Noé Spies

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK