L'Etat Islamique ridiculisé par des vidéos satiriques arabes

L'humour paraît être la chose la mieux répartie à travers le monde.
2 images
L'humour paraît être la chose la mieux répartie à travers le monde. - © Tous droits réservés

L’humour n’est pas que la politesse du désespoir. C’est aussi une arme massive qu’utilisent les chaînes de radio et de télévision musulmanes pour décrédibiliser les groupes militaires de l’Etat Islamique auprès de la population du Proche-Orient.

Un jeune militant maladroit laisse tomber son lance-roquettes sur les pieds d'un chef avant de se tromper de cible et de tirer sur un de ses commandants… Cet humour un peu potache illustre l’état d’esprit d’une partie de la population musulmane face aux exactions des jihadistes. Des dessins animés de type "Looney Tunes" ciblent les groupes armés de l’Etats Islamique en Syrie et en Iraq.

Preuve que l'on peut rire de tout

Les réseaux de télévision du Moyen-Orient ont commencé à diffuser des cartoons et des programmes satiriques utilisant l’humour pour critiquer ces groupes et leur prétention à représenter l’Islam universel.

"Ces gens ne représentent pas l’Islam et en nous moquant d’eux nous leur montrons notre opposition" déclare Nabil Assaf, l’un des producteurs du "Ktir Salbe Show," au Liban. "Bien sûr c’est un domaine sensible, mais c’est une façon de rejeter l’extrémisme et de permettre aux gens d’avoir moins peur ".

L’humour, une force de la culture arabe

La satire a longtemps été une force de la culture arabe, explique l’article de Theworldpost.com qui remonte à la poésie ancienne pour évoquer ensuite la lutte contre la censure durant le printemps arabe. Même au plus sombre de la guerre civile en Syrie, l’humour satirique a perduré.

Le taximan et le jihadiste

Dans l’un des sketches de "Ktir Salbe Show", un taxi embarque un jihadiste qui lui demande aussitôt d’éteindre la radio “car elle n’existait pas aux premiers jours de l’Islam”, explique le passager. Le conducteur lui propose alors d’allumer l’air conditionné, mais le Jihadiste refuse : "Cela n’existait pas lors des premiers jours de l’Islam". Et lorsque -excédé- le taximan se voit reprocher de répondre à un appel téléphonique, il lui rétorque: " Et le taxi, ça existait lors des premiers temps de l’Islam? "Non", répond l’irascible passager. "Alors trouvez-vous un chameau".

Critiques voilées de l'Arabie Saoudite

Alaa al-Majedi de la chaîne d’Etat "al-Iraqiya" estime que la comédie "est une manière de faire prendre conscience aux gens." Derrières ses dessins humoristiques se cache l’accusation du pouvoir sunnite et du roi Abdullah d’Arabie Saoudite de supporter les militants sunnites de l’Etat Islamique.

Même les vidéos les plus sombres montrant des tueries provoquées par les groupes islamistes sont l’occasion de traits d’humour noir. La chaîne palestinienne al-Falastiniya a diffusé une parodie montrant deux militants tuer un musulman civil parce qu’il ignorait le nombre de fois qu’il devait s’agenouiller durant la prière. Un autre sketch montre deux militants se disputant le privilège de tuer un chrétien qui, devant ce spectacle, décède d’une crise cardiaque. Au plus grand désespoir de ses candidats bourreaux.

Jean-Claude Verset

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK