L'e-sport peut-il être considéré comme une discipline sportive?

D’année en année, l’e-sport, ou sport électronique, gagne en puissance et occupe une place de plus en plus grande dans le cœur des jeunes. Il n’est pas rare de voir des milliers de spectateurs assister à des matchs d’e-sport sur des jeux célèbres comme FIFA, Counter Strike, Call of Duty, Overwatch ou plus récemment, Fortnite. A tel point que son entrée aux Jeux Olympiques est débattue avec ferveur.

Si l’e-sport partage beaucoup avec le sport classique au niveau des compétitions, avec un langage similaire (on parle de match, de tournois, de carrière, de coachs, d’agent de joueur, de performance et même de dopage), on peut se poser la question sur le fait de considérer cette discipline comme un sport à part entière. Invité ce dimanche matin dans Week-end première, Gilles Goetghebuer rédacteur en chef du magazine « Sport et vie », nous donne des éléments de réflexion.

Pas assez physique

« Selon la Cour européenne de justice, ce n’est pas du sport, car elle considère qu’il faut une activité physique « non négligeable », évoquant la décision remise suite à la demande à ce que le bridge soit considéré comme un sport. « Mais le CEO, en 1999, a reconnu comme sport les échecs et le bridge, il y a d’ailleurs des contrôles antidopage pour ces disciplines. » Et comme tout bon sport avec des enjeux financiers importants, l’e-sport est aussi touché par le dopage, comme ont révélé différents témoignages de joueurs professionnels.

Élargissant un peu l’horizon, Gilles Goetghebuer a évoqué l’étymologie du mot sport, qui vient de l’ancien français desport, signifiant amusement. Donc au départ, pas de différence entre sport et jeu, donc l’e-sport s’y retrouve. « Mais une notion intéressante est celle de risque : il y a un risque physique à l’exercice du sport. Dans ce c-là, le bridge, les échecs, l’e-sport ne peuvent pas être considérés comme des sports, car il n’y a aucun risque à les pratiquer. »

Les organisations sportives menacées par l’e-sport ?

« Mais au niveau de l'organisation des tournois, on retrouve la même logique entre le sport et l’e-sport, avec la mise en avant de certaines personnalités, de certains joueurs populaires pour attirer la foule et créer des vocations. On fait un grand spectacle, on promet des primes assez élevées, en espérant attirer plus de pratiquants. »

« Le sport traditionnel a très peur de se faire couper l’herbe sous le pied, les organisations sportives ont la crainte que, petit à petit, le public se détourne du sport traditionnel vers le sport virtuel. Ils essayent de prévenir cette situation en investissant dans le sport virtuel, comme en témoignent ces clubs de foot qui possèdent une équipe e-sport pour le jeu vidéo FIFA.»

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK