L'ancien hôpital psychiatrique accueille des oeuvres issues d'ateliers avec des patients: le curieux musée du Docteur Guislain à Gand

Le Musée du Docteur Guislain à Gand se connecte encore un peu plus avec sa propre histoire.

Cet ancien hôpital psychiatrique devenu musée dans les années 80', vient d'acquérir environ 400 oeuvres de la collection belge PsycArt (des oeuvres qui appartenaient auparavant à la firme pharmaceutique belge Lundbeck, puis à l'ASBL PsycArt), de l'art venant de la psychiatrie.

Cette collection compte des dessins, des peintures, des collages... toutes sortes de techniques et travaux au choix de l'artiste, réalisés dans des ateliers artistiques en Belgique, au sein de centres de jour ou d'hôpitaux psychiatriques (des ateliers de renom tels que celui de La Pommeraie à Ellignies-Sainte-Anne, Kaos ASBL à Ixelles, La 'S' Grand Atelier à Vielsalm ou Kunsthuis Yellow Art à Geel).

Bart Marius, directeur artistique au Musée du Docteur Guislain, précise que pour constituer cette collection PsycArt, il n'y avait pas vraiment de critère de sélection. "Je pense que c'était important de montrer au monde l'expression artistique née dans ces ateliers, ainsi que la créativité des personnes qui ont des problèmes ou des troubles mentaux." PsycArt ne veut pas montrer le patient, mais l'artiste. 

3 images
Nom de l'artiste volontairement non communiqué par le Musée © Tous droits réservés

La récurrence des thèmes ou des techniques : un préjugé par rapport à l'art brut

Comme il était impossible pour le musée de montrer toutes ses nouvelles acquisitions, il a fallu faire un choix. Au total 40 oeuvres sont exposées, et les commissaires de l'exposition ont opté pour le fait de ne pas indiquer le nom des artistes à côté de chaque production, même si certains d'entre eux sont très connus dans le domaine de ce que l'on appelle "l'art brut". "Oui, précise Yoon Hee Lamot, il y a des grands noms. Jim Kaliski, par exemple, ou bien Jean-Michel Wuilbeaux. On n'indique pas les noms... on a voulu faire une belle exposition, montrer de la qualité. Et pour nous c'était important de montrer aussi des découvertes issues de cette collection (PsycArt) qui est peu connue". La co-commissaire ajoute : "Je pense que c'est un préjugé, lorsque l'on parle d'art brut ou d'art outsider, de dire qu'il y a des liens thématiques ou stylistiques (entre les oeuvres). (Les artistes) sont des individus très différents qui créent à partir de leur propre vie, de leur propre expérience, et donc il n'y a pas vraiment de chose qui revienne. Je pense que cette exposition montre cela très bien : la diversité de la création dans la psychiatrie". 

3 images
Nom de l'artiste volontairement non communiqué par le musée © Tous droits réservés

Un musée sur l'histoire de la psychiatrie

Une visite au Musée du Docteur Guislain dans la banlieue de Gand, c'est aussi l'occasion de (re)découvrir la précieuse et fabuleuse collection permanente de ce curieux musée. Un va-et-vient d'objets : livres, photos, documents et oeuvres d'art... une réflexion sur la folie et la frontière avec ce que l'on considère comme étant la norme.

Cette collection s'est développée sur base de quelques objets basiques, parfois exposés dans l'enceinte de l'Hôpital du Docteur Guislain, notamment au cours de journées porte-ouvertes lorsque le lieu était encore un hôpital psychiatrique. La pièce maîtresse était un ensemble d'instruments de coercition qui dataient de la fin du 18ème siècle et du début du 19ème utilisés dans cette "maison de fous", comme certains l'appelaient à l'époque, à Gand. 

"PsycArt" est une exposition à voir jusqu'au 12 septembre prochain au Musée du Docteur Guislain à Gand

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK