Jusqu'à 20 000 euros par mois pour les "gamers" professionnels: en 2020, les audiences dépasseront celles de la Formule 1

Tout le monde connaît et a sans doute joué au moins une fois aux jeux vidéo. Mais aujourd'hui, de véritables joueurs professionnels se distinguent. On les appelle des gamers ou plutôt des e-sportifs, car comme dans le sport traditionnel, ils s'entraînent, participent à des compétitions, sont regardés par des millions de spectateurs et parfois gagnent leur vie plus que confortablement! 

La RTBF a rencontré certains de ces jeunes, "en résidence" à Grez-Doiceau: la main sur le clavier, les yeux rivés sur l'écran, pendant une semaine, ils s'entraînent jusqu'à 12 heures par jour pour préparer une compétition internationale de jeu vidéo! Comme des athlètes, ils doivent développer leurs capacités!

"On doit travailler individuellement nos aptitudes comme la précision, la réactivité mais aussi le travail en équipe et la stratégie. C'est ça qui prend le plus de temps!" explique un de ces e-sportifs.

La luxueuse villa qu'ils occupent est prise en charge par Epsilon, le club qui emploie ces joueurs pour les faire progresser et tenter de gagner un maximum de tournois: "On a environ 25 joueurs, explique Greg Champagne, co-fondateur d'Epsilon. Ce week-end, une quinzaine voyagent un peu partout dans le monde. Ils sont entourés par des managers, des coaches, des gens qui s'occupent des réseaux sociaux".

Jusqu'à 20 000 euros par mois

Parmi ses recrues, le club belge compte notamment le premier joueur officiel sur Playstation de l'AS Monaco! De plus en plus de clubs de foot se lancent en effet dans l'e-sport! Il faut dire qu'aujourd'hui, les compétitions virtuelles remplissent de véritables stades! Des millions de spectateurs suivent les compétitions sur internet, voire même à la télévision! Les joueurs pros sont de vraies stars. Il font l'objet de transferts et gagnent parfois très bien leur vie... même si les joueurs interrogés se retranchent derrière la confidentialité des contrats pour ne pas dévoiler leur salaire: "Mais je peux vous dire que dans le domaine ça peut aller jusqu'à 20 000 euros par mois".

Avant d'en arriver là, les jeunes joueurs tentent de se faire repérer, à Schaerbeek par exemple dans l'unique gaming house de Belgique! Des équipes s'y affrontent presque chaque week-end sur une vingtaine de consoles. Certains viennent de loin, comme ces Allemands: "Je n'ai que 16 ans donc je ne peux pas encore jouer comme professionnel. Mais j'espère que le fait de participer à ces tournois dans d'autres pays me permettra d'être prêt pour passer professionnel, avoir de l'expérience et gérer mon stress. Mon but est de devenir joueur professionnel dans les années à venir".


Dans le monde, entre 1000 et 1200 joueurs vivraient de leur activité. Un chiffre qui devrait augmenter dans les années à venir! On estime qu'en 2020, les audiences de l'e-sport dépasseront celles de la Formule 1. Alors qu'aucune reconnaissance officielle n'existe encore en Belgique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK