Journal du Web: jouets connectés, attention au piratage

Journal du Web : jouets connectés, attention au piratage
Journal du Web : jouets connectés, attention au piratage - © Tous droits réservés

Les fêtes de fin d'année approchent et pour certains, l'heure est à l'écriture de la liste de cadeaux. En Allemagne, certains jouets connectés pour enfants inquiètent : ils pourraient être piratés. C'est la conclusion de plusieurs tests réalisés par l'organisation de défense des consommateurs allemande Stiftung Warentest. L'organisme a publié une liste noire des jouets susceptibles d'être piratés et quatre jouets sont considérés comme dangereux : le Furby Connect, le I-QUE Intelligent Robot, le Toy- Fit Teddy et le Cloudpet. 

Le faille commune entre ces quatre jouets : une connexion Bluetooth qui n'est pas protégée. Aucun de ces objets n'est sécurisé avec un mot de passe ou un code PIN. Il est donc très facile pour un pirate de prendre le contrôle de l'objet. Pour le Furby Connect, l'organisme Stiftung Warentest estime qu'il faut être à moins de 30 mètres pour procéder au piratage. Pour les autres jouets, qui fonctionnent grâce à une application, le pirate peut prendre le contrôle de l'application installée sur un smartphone et faire dire au robot ce qu'il souhaite. 

Test-Achats met en garde à nouveau 

Il y a un an l'organisme belge de défense des consommateurs Test-Achats avait tiré la sonnette d'alarme. " On avait interpellé différentes autorités mais on a eu très peu de réactions face à ces interpellations. Maintenant nous venons de lancer une alerte par rapport aux montres connectées. Et à nouveau, il n'y a pas de réactions au niveau politique" explique Julie Frère, porte-parole de Test-Achats. "Mais des magasins ont retiré de leur rayon certains de ces jouets" rassure-t-elle.

Si votre enfant vous réclame ce type d'objets comme cadeau de fin d'année, Test-Achats met en garde. "Ces jouets ne garantissent pas un niveau de respect de la vie privée et de sécurité suffisamment élevé" conclut Julie Frère. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK