"Je voulais être clown" : les quatre facettes de Jean-Paul Belmondo

L’acteur français Jean-Paul Belmondo nous a quittés à 88 ans, laissant derrière lui une magnifique carrière, et le souvenir d’un homme passionné et modeste, avec une personnalité aux multiples facettes.


►►► "Il restera à jamais Le Magnifique", "Je suis complètement anéanti" : les nombreuses réactions à la mort de Jean-Paul Belmondo


L’acteur

"Je voulais être clown, et mon envie de clown est passée à devenir acteur". Jean-Paul Belmondo n’avait pas la gueule à faire du cinéma, et on le lui a plusieurs fois répété, alors qu’il passe de nombreux castings. "Les autres me trouvaient très bon acteur mais me disaient toujours qu’avec ma tête, je ne pourrais jamais faire de cinéma". Pourtant, c’est un réalisateur emblématique de la Nouvelle Vague qui lancera sa carrière : Jean-Luc Godart lui offre le rôle principal de son film "A bout de souffle" en 1960. "C’était de l’improvisation totale, et c’est très agréable pour l’acteur. Ce n’est plus un métier, mais ça devient une distraction" dit-il à propos de ce tournage.

Durant sa carrière, il partagera l’affiche avec de grands noms du cinéma français, comme Jean Gabin ou Alain Delon.

L’aventurier et l’homme au panache

Jean-Paul Belmondo est aussi connu pour ses cascades, qu’il tient à réaliser lui-même. Suspendu à un hélicoptère ou à un toit, debout sur un train en marche, Bébel n’avait peur de rien. Et il ne manquait pas de panache, enchaînant les rôles de séducteur, d’aventuriers, d’homme goguenard… Il sera le héros des comédies, films d’action et d’aventures.

L’homme de théâtre

Jean-Paul Belmondo avait commencé sa carrière au théâtre, avant d’être happé par le cinéma. Il y reviendra presque 30 ans après ses premiers tournages, en interprétant "Kean" d’Alexandre Dumas, ou encore Cyrano de Bergerac, en 1990.

Décès de Jean-Paul Belmondo: JT 06/09/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK