"Je suis Sauvage": acclamé et soutenu par les Athois, le "Sauvage" de la Ducasse remet symboliquement ses chaînes

Accusé de "Black face" et de négrophobie par l'association Bruxelles Panthères, le Sauvage de la ducasse d'Ath a reçu un soutien massif et des acclamations au départ du traditionnel cortège de la Ducasse ce dimanche matin.

En guise d'apaisement, ce personnage présent depuis le 19ème siècle sur la "barque des Pêcheurs Napolitains", de l'association locale d'opérettte les Matelots de la Dendre, a remis ses chaînes au bourgmestre avant le départ, pour signifier qu'il reste un homme libre, acteur d'un folklore. Mais il les portait toujours en montant sur le char "car cela fait partie du costume traditionnel".

Sur le parcours du Cortège, on a pu remarquer de nombreux Athois qui portaient un t-shirt "je suis Sauvage", en signe d'attachement à ce personnage du folklore traditionnel. Quatre policiers escortent le char pour éviter tout débordement.

L'association Bruxelles Panthères avait interpellé l'Unesco sur ce point, l'événement athois étant classé au patrimoine culturel immatériel de l'humanité depuis 2008. "A ce titre, la ducasse doit se conformer aux principes fondamentaux de la Convention de 2003 et en particulier à son article 2, selon lequel seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l'homme, ainsi qu'à l'exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus", a répondu l'Unesco par courrier.

Le porte-parole du collectif, Mouhad Reghif s'est rendu ce matin à Ath pour assister à la sortie du "Sauvage" et sensibiliser la population locale à la problématique des "black faces", présents dans de nombreuses manifestations folkloriques: des personnages caricaturaux, aux caractères négroïdes, censés être effrayants, joués par des blancs grimés en noir. Une pratique raciste et négrophobe, souligne Bruxelles Panthères. 

Mais il a finalement quitté les lieux à la demande de la police.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK