Jay-Z, Eminem, IAM, MC Solaar, 50Cent : ces rappeurs qui ont samplé Ennio Morricone

Ennio Morricone a énormément inspiré les rappeurs.
Ennio Morricone a énormément inspiré les rappeurs. - © BELGA / AFP

Ennio Morricone est décédé ce lundi à l’âge de 91 ans. Le célèbre compositeur, connu pour ses bandes originales de films et notamment les westerns de Sergio Leone a marqué l’histoire de la musique. Une carrière de plus de 50 ans qui a forcément inspiré d’autres artistes, comme les rappeurs.

Friands de samples, ceux-ci ont régulièrement cherché l’inspiration dans les innombrables œuvres – plus de 500 longs-métrages – du chef d’orchestre italien. Ambiances sombres, orchestration magistrale, théâtralité : les compositions du génie cadrent parfaitement avec la rugosité du hip-hop. De Jay Z à Eminem, du Wu Tang Clan à Coolio, d’IAM à MC Solaar, voici une petite compilation de ces artistes bercés par Ennio Morricone.

  • Jay-Z : "The Blueprint²" 

Avant de devenir entrepreneur, Jay-Z était d’abord un rappeur. En 2002, il sort son septième album solo, "The Blueprint²: The Gift and The Curse". Un double album en fait qui recèle un sample de la bande originale du "Bon, la brute et le truand", sorti en 1966. Le morceau utilisé par Jay-Z est "The ectasy of gold" retravaillé pour la chanson "The Blueprint²" par le producteur Charlemagne).

Le titre a également été échantillonné par le rappeur américain Raekwon (Wu Tang Clan) pour la fin de son album "Wu chant" (Shaolin vs Wu Tang) et par Colioo pour "Change" (2008).

Ennio Morricone n’a pas inspiré le mari de la chanteuse Beyonce qu’à une seule reprise. On distingue également "Sporco ma distinto" du film "Le Ruffian" dans le morceau "So ghetto" de l’album "Vol.3… Life and Times of S. Carter". Mais aussi "Al Capone" tiré des "Intouchables" (1987) dans le titre "Can’t knock the hustle" en featuring avec Mary J. Blige.

  • DJ Khéops featuring IAM et Le 3eme oeil : "Sad Hill"

En 1997 sort l’album de DJ Khéops, le DJ/producteur d’IAM. Sur le disque, le premier morceau, "Sad Hill" comporte un sample d’Ennio Morricone. C’est "La resa dei conti", repris de "Pour quelques dollars de plus". Dans le titre, Akhenaton, figure d’IAM, dit : "Je suis un créancier très patient. Quand l’échéance est venue, je me fais payer quoi qu’il arrive." C’est un clin d’oeil au film de Sergio Leone dans lequel joue Clint Eastwood.

La bande du film "Le Casse" d’Henri Verneuil a également tapé dans l’oreille de DJ Kheops pour le titre "Le playboy de Sarcelles" interprété par Stormy Bugsy.

  • MC Solaar : "Gangter moderne"

"Gangter moderne" est un morceau de MC Solaar sorti en 1997 sur l’album "Paradisiaque". La base mélodique s’inspire du "Clan des Siciliens", réunissant Delon, Gabin, Ventura et dont la musique a également été composée par Ennio Morricone.

  • Eminem : "Bad meets evil"

Eminem s’est fait connaître avec l’album "The Slim Shady" en 1999. Sur celui-ci, un morceau "Bad meets evil" enregistré avec Royce da 5’9, l’ancien groupe du rappeur. "Bad meets evil" reprend en introduction les célèbres notes du "Bon, la brute et le truand" sorti en 1967.

  • G-Unit : "My buddy"

G-Unit est le groupe de 50Cent. En 2003, G-Unit sort l’album "Beg for mercy" qui contient "My buddy". Celui-ci sample la BO de "L’oiseau au plumage de cristal", un film de Dario Argento sorti en 1970. La musique, ici aussi, est signée Ennio Morricone.

  • Bonus : EPMD, Slick Rick, Sinik, Michael Jackson…

Les artistes et pas seulement rappeurs ayant trouvé l’inspiration auprès d’Ennio Morricone sont nombreux. Citons encore le Français Sinik sur "No Time" ("Il était une fois en Amérique"), EPMD sur "Symphony 2000" ("Les oiseaux, petits et grands"), Slick Rick sur "Hey young world" ("Le bon, la brute et le truand") mais aussi Michael Jackson qui dansait sur du Ennio Morricone lors de son interprétation en live de "Dangerous" (à partir de 3 min 25 dans notre vidéo).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK