Jacques Brel 40 ans après, toujours aussi transnational et transgénérationnel

Jacques Brel s'est éteint le 9 octobre 1978. Il laissait derrière lui le monde de la chanson française en deuil. Aujourd’hui, marque les 40 ans de cette triste date, c'est pourquoi les hommages à ce monument du patrimoine francophone fleurissent un peu partout.

Jacques Brel, c'est avant tout l'homme, l'auteur mais aussi l'héritage qu'il a laissé derrière lui : "Je crois que mon père est un homme qui a semé. Il a semé des mots, il a semé des phrases, et en fait Jacques Brel, ce qu’il en reste, son héritage, aujourd'hui c'est vous qui pouvez en parler", estime France Brel, fille de Jacques mais également fondatrice de la Fondation Brel.

Concernant la fondation qu'elle a créée, la fille du chanteur estime que ce n'est pas non plus pour garder quelque chose de son père. C'est pour le public qui l'a motivée à entreprendre ce dernier hommage.

Encore et toujours dans le cœur des Belges

Jacques Brel, c'est aussi un souvenir, des chansons qui se transmettent de génération en génération. Avec de belles et surprenantes adaptations, comme celle que propose sur des sons hip-hop le slameur Mochélan. Le spectacle s’appelle " Le Grand Feu " et la première représentation se joue ce mardi au Théâtre de l’Ancre à Charleroi, avant Mons, Louvain-la-Neuve et Bruxelles.

Écoutez un extrait des répétitions du spectacle:

On pourrait alors se demander pourquoi les chansons du Belge sont, encore aujourd'hui, si ancrées. Selon sa fille, c'est la cohérence entre l'homme et l'oeuvre qui le fait persister dans les mémoires.

"C’est un homme qui n’a pas envie d’être un chanteur, d’être connu. Il n’a pas du tout envie d’être dans ce système de show-business et en fait. Il vit comme il a envie de vivre et selon ses convictions. Et en supplément, ses convictions, il les chante et il les partage. Cela fait une force extraordinaire parce qu’il n’y a pas du tout de clivage net entre l’homme et la fonction, que la fonction soit la chanson, le cinéma, l’acteur. C’est le même.", raconte-t-elle au micro de Matin Première.

Des échos internationaux

Mais l'interprète avait dans le cœur la Belgique, qu’il aimait profondément comme en témoignent bon nombre de ses chansons. Mais depuis 40 ans, notre pays a bien changé. Déjà irrité par certaines choses de l'époque, France, sa fille, peine à savoir ce qu'il aurait pensé de notre pays aujourd'hui.

Toujours est-il que de son "plat pays", le chanteur a inspiré bon nombre de personnalités du monde entier. David Bowie, Kurt Cobain ou encore Mélody Gardot remplissent la longue liste des artistes qui ont été inspirés par le Belge. Transgénérationnel et transnational, "il donne envie de faire des choses aux gens", selon France Brel.

"Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, ce n’est pas du tout la question, mais je pense effectivement que Jacques traverse le temps, traverse les générations, traverse les frontières parce qu’il donne l’envie d’oser. Il est un peu la couleur de l’audace et je pense qu’il y a des choses qui se passent et qui sont intéressantes", analyse-t-elle enfin.

=> Visionnez notre grand format consacré à l'amitié entre Jacques Brel et Hector Bruyndonckx sans laquelle le grand Jacques ne serait peut-être jamais devenu (aussi) célèbre

Hector Bruyndonckx, l'ami de Jacques Brel sans lequel il n'aurait peut-être jamais chanté en public

Lettres, vidéos, et photos inédites. Découvrez Jacques Brel autrement, à travers de son amitié avec Hector Bruyndonckx, ce Bruxellois de 23 ans son aîné et fondateur du mouvement de jeunesse La Franche Cordée au sein duquel le Grand Jacques fit...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK