Intel: nouvelle puce graphique antipiratage et belle image

RTBF
RTBF - © RTBF

Un micro-processeur plus sûr et avec un rendu d'image plus riche: la nouvelle famille de puces "Sandy Bridge", présentée mercredi par le géant du secteur Intel, est présentée par les milieux du cinéma comme la solution pour développer la diffusion de films en ligne.

Jusqu'à présent, Warner Brothers avait évité de mettre en ligne des films en haute définition ou en 3D, par peur du piratage.

"Vous nous avez retiré cette excuse", a déclaré le président de Warner Brothers Home Entertainment, Kevin Tsujihara, lors d'une présentation d'Intel à La Vegas, site cette semaine du grand salon de l'électronique grand public (CES).

"Sandy Bridge nous permet de diffuser nos contenus sur une base mondiale", a-t-il assuré.

Du côté d'Intel, "c'est le meilleur produit que nous ayons jamais construit", a affirmé le directeur général Paul Otellini, promettant un rendu haute qualité de jeux, d'image et de films au moment où, de plus en plus, ces divertissements sont consommés en ligne et sur ordinateur.

"Nous sommes accros à internet", a expliqué le vice-président d'Intel Shmuel Eden, en faisant la démonstration de ces mini-moteurs d'ordinateurs.

Le cinéma se réjouit

Ces puces, qui intègrent des capacités graphiques qui sont souvent ajoutées aux produits d'Intel au lieu d'y être intégrées d'entrée, équipent déjà toute une série d'appareils, des téléphones, des ordinateurs de bureau et des ordinateurs portables, présentés cette semaine au CES.

Outre Warner Brothers, plusieurs studios de cinéma, comme la 20th Century Fox et DreamWorks, ainsi que l'indien Yash Raj Films, ont travaillé avec Intel pour l'aider à imprimer un dispositif antipiratage dans Sandy Bridge, ce qui pourrait marquer l'avènement d'un nouveau mode de diffusion des films.

Ces studios proposeront leurs films pour diffusion dans les ordinateurs équipés de Sandy Bridge via des services de diffusion en ligne comme Cinema Now. Les images pourront ensuite être re-routées de l'ordinateur au téléviseur.

"Notre partenariat avec Intel est une occasion déterminante d'offrir aux consommateurs nos contenus les plus précieux dans un environnement sûr", a souligné pour sa part le président de 20th Century Fox home entertainment, Mike Dunn.

Shmuel Eden a prédit pour sa part que cette innovation serait particulièrement populaire auprès du marché grand public, principal vecteur de croissance du marché informatique. "Le consommateur est roi" et c'est lui que vise Sandy Bridge, car "il s'agit de consommation et de production de contenus numériques", a ajouté le vice-président d'Intel.

Au-delà du cinéma, les puces Sandy Bridge sont assez puissantes pour gérer des systèmes de reconnaissance gestuelle, ce qui est prometteur pour le secteur des jeux vidéo.

"Nous avons enfin assez de puissance informatique pour livrer de l'interaction en temps réel entre nous et l'ordinateur", a dit Shmuel Eden. "Bientôt, on pourra saisir (l'image) de mon visage, et je pourrai être le héros - certains diront le méchant - du jeu vidéo", a-t-il ajouté.

D'après lui, les avancées permises par Sandy Bridge sont telles que d'ici deux à quatre ans, les claviers auront l'air tellement dépassés qu'ils sembleront venir "du Moyen-Age". "Dans peu de temps, on ne saura plus si on est dans le monde réel ou le monde virtuel", a-t-il ajouté.

A en croire Paul Otellini, Sandy Bridge représentera plus du tiers des ventes d'Intel dès cette année, et générera 125 milliards de chiffre d'affaires pour le secteur des ordinateurs. Ce modèle aurait déjà été retenu pour équiper quelque 500 appareils différents.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK