Incendie de data centre d'OVH à Strasbourg en mars : "aucune donnée de l'État français n'a été perdue"

Les services de l'État n'ont perdu "aucune donnée" dans l'incendie en mars d'un des centres de données d'OVHcloud à Strasbourg, étant dotés de mécanismes de sauvegarde, a assuré mardi le directeur général de l'entreprise à l'occasion d'une visite ministérielle.

En mars, suite à l'incendie qui avait entièrement détruit l'un des quatre "data centers" d'OVHcloud installés à Strasbourg, et partiellement touché un deuxième, de très nombreux sites internet étaient temporairement devenus inaccessibles.

Au total, "12.000 à 16.000 clients avaient été impactés", représentant "120.000 services" proposés aux clients selon l'entreprise, qui figure parmi les leaders mondiaux du "cloud" et de l'hébergement de sites web. La plateforme d'accès aux données publiques data.gouv.fr avait notamment connu des perturbations.

"Aucune donnée de l’État n’a été perdue. Il y a une vingtaine d’applications qui ont été suspendues pendant quelques minutes ou heures (…) Le soir tout était rétabli. L’État s’était doté de mécanismes qu’on appelle +plans de reprise d’activité+, extrêmement performants", a déclaré le directeur général d'OVHcloud Michel Paulin.

Il s'exprimait à l'occasion d'une visite de la ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher sur le site de Croix (Nord).

Pas de données sur le nombre de clients touchés

OVHcloud a par ailleurs indiqué "ne pas disposer" de données sur le nombre de clients ayant perdu des données définitivement, les clients n'ayant pas tous les mêmes politiques de sauvegarde.

La ministre a pour sa part "salué le travail" d'OVHcloud, hébergeur et fournisseur de services qui emploie quelque 2.500 personnes et exploite 33 "data centers" dans le monde, mais "aussi un industriel" qui conçoit et fabrique lui-même ses serveurs dans ses deux usines installées à Croix (Nord) et au Québec.

Figurant parmi les "dix premiers acteurs mondiaux" du Cloud, OVH rivalise avec les Gafa américains et de grands acteurs chinois, s'est réjouie la ministre.

"Le cloud, c'est un élément potentiel de notre souveraineté", a poursuivi Mme Pannier-Runacher, rappelant que l'Etat travaillait sur une "stratégie de cloud souverain", également "porté au niveau européen".

Selon l'entreprise, l'usine de Croix produit environ 70% du parc global de serveurs, "en circuit court". Le "système innovant" de refroidissement des serveurs développé par OVHcloud permet lui "d'utiliser 30 à 50% de moins d'électricité que les concurrents", et d'être "plus compétitifs" s'est réjoui Michel Paulin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK