Inauguration d'une statue en l'honneur de René Goscinny à Paris

René Goscinny, mort à Paris le 5 novembre 1977, à 51 ans, terrassé par une crise cardiaque alors qu'il effectuait un test d'effort chez son cardiologue.
René Goscinny, mort à Paris le 5 novembre 1977, à 51 ans, terrassé par une crise cardiaque alors qu'il effectuait un test d'effort chez son cardiologue. - © STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Une statue en hommage au génial scénariste de BD René Goscinny (1926-1977), créateur notamment d'Astérix, Lucky Luke ou encore du Petit Nicolas, a été inaugurée jeudi à Paris, une semaine avant l'ouverture du festival d'Angoulême.

La statue en bronze, oeuvre du sculpteur Sébastien Langloÿs, représente un Goscinny, debout, en taille réelle, sourire aux lèvres, reposant sur un socle figurant une bibliothèque. Quatre personnages emblématiques (Le Petit Nicolas, Astérix, Iznogoud et Lucky Luke) sont intégrés à l'ensemble sous forme de statuettes.

Astérix (dessiné par Uderzo) est posé dans le creux de la main du scénariste. Le Petit Nicolas (dessiné par Sempé) est sur son épaule. Iznogoud (dessiné par Tabary) sort de sa pochette. Lucky Luke (créé par Morris mais dont il a écrit les scénarios entre 1958 et 1977) est à ses pieds.

Cet ensemble, situé dans un petit square du 16e arrondissement de Paris, près de l'ancien domicile du scénariste, est le premier monument dédié à la bande dessinée à Paris. René Goscinny avait déjà droit à une rue à son nom située près de la Bibliothèque nationale de France (BnF) dans le 13e arrondissement, ainsi qu'à un Institut. 

"La bande dessinée est quelque chose qui doit rester dans ce patrimoine qu'on se transmet et qui nous éclaire. Et peut-être qu'aujourd'hui, en voyant cette statue, René Goscinny aurait pensé très fort et aurait écrit 'ils sont fous, ces Parisiens'. Oui, nous sommes fous, René Goscinny, et nous sommes là avec vous et merci de ce que vous nous avez transmis, merci", a déclaré la maire de Paris, Anne Hidalgo, en dévoilant le monument.

Victime des pogroms et échappé de justesse aux nazis

La fille du scénariste, Anne Goscinny, a rappelé de son côté qu'Astérix, "l'un des symboles de la France dans le monde, est à moitié juif ashkénaze". "Comme vous il vient d'Ukraine et de Pologne, a été victime des pogroms et a échappé de justesse aux nazis. Tant qu'il vivra, il résistera: prenez exemple sur lui. Et de temps en temps, au détour d'une promenade, passez par là, sans vous recueillir, mon père aurait détesté l'idée. Souriez-lui", a ajouté Anne Goscinny en faisant référence à l'histoire personnelle de son père.

Né à Paris de parents juifs d'Europe orientale, René Goscinny a passé son enfance et son adolescence en Argentine, a séjourné à New York après la guerre avant de retrouver la France au début des années 1950.

A Paris, il collabore avec d'autres génies de la BD: Jean-Jacques Sempé pour "le Petit Nicolas", Jean Tabary pour "Iznogoud" et surtout l'"ami comme on en a qu'un", Albert Uderzo (comme lui "fils d'immigrés", souligne l'historien Pascal Ory) avec qui il crée, en 1959, Astérix avant de prendre la direction du journal Pilote où s'épanouiront notamment Cabu, Gotlib, Gébé, Bretécher, Fred...

René Goscinny est mort à Paris le 5 novembre 1977, à 51 ans, terrassé par une crise cardiaque alors qu'il effectuait un test d'effort chez son cardiologue.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK