Image fixe d'un monde qui bouge : le dernier voyage d'un patient

Emmené par un brancardier de l’unité Covid-19 où il est décédé, un patient effectue son dernier voyage jusqu’à la morgue (format original en fin d'article).
2 images
Emmené par un brancardier de l’unité Covid-19 où il est décédé, un patient effectue son dernier voyage jusqu’à la morgue (format original en fin d'article). - © Marin Driguez

Chaque jour, la RTBF vous propose le regard et la plume d’un photographe indépendant sur la crise que nous traversons. Un cliché et un texte publiés chaque jour en soutien à la presse, dans le cadre de "#Restart", le plan de la RTBF lancé en soutien à la culture et aux médias, secteurs durement touchés.


Après un reportage aux urgences du CHU Saint-Pierre pendant six mois en 2019, j’ai documenté la crise du Covid-19 au CHU Brugmann, en immersion pendant deux mois.

La gestion des décès a été difficile au pic de la crise sanitaire. L’hôpital a dû s’adapter et créer une seconde chambre froide pour accueillir les défunts. Afin de permettre aux familles de pouvoir se recueillir auprès de leur proche, les salles de visites ont été aménagées à l’aide d’une vitre transparente. 

Pour l’ensemble du personnel soignant, la confrontation quotidienne avec les nombreux décès a été particulièrement difficile à supporter. Prévalait un sentiment d’impuissance face à un virus encore peu connu et dévastateur. L’interdiction quasi totale des visites a pesé moralement pour les patients et leurs familles, les plongeant dans une grande solitude.

Des tablettes ont été fournies par l’hôpital dans les unités, afin de permettre des appels quotidiens aux proches des patients. Les visites ont parfois été autorisées pour un dernier adieu, mais rarement avec plus d’une personne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK