Image fixe d'un monde qui bouge : dans l'entre-deux du déconfinement

Dans l'entre-deux du déconfinement. D'autant plus proches en famille qu'il faut encore garder ses
distances sur les bancs publics (format original en fin d'article).
2 images
Dans l'entre-deux du déconfinement. D'autant plus proches en famille qu'il faut encore garder ses distances sur les bancs publics (format original en fin d'article). - © Jean-Marc Bodson

Chaque jour, la RTBF vous propose le regard et la plume d’un photographe indépendant sur la crise que nous traversons. Un cliché et un texte publiés chaque jour en soutien à la presse, dans le cadre de "#Restart", le plan de la RTBF lancé en soutien à la culture et aux médias, secteurs durement touchés.


Quel plaisir de pouvoir reprendre son appareil photo et de courir les rues pour se retrouver devant une situation parlante. En l’occurrence – c’était le défi de la commande – une situation qui évoque le "déconfinement", la sortie progressive, incomplète, de l’isolement.

L’entre-deux des événements a toujours été compliqué à photographier, car le temps de la photographie est le présent. Montrer les gens masqués, ce serait dire le confinement et les montrer insouciants, sans protection particulière, ce serait dire… l’avant Covid-19.

Au moment de se mettre en route pour trouver l’une ou l’autre image, on ne pense évidemment pas à ce genre de choses. On se force à être attentif, réceptif à ce qui se présente devant l’objectif.

En cadrant ici ou là, on tente de forcer un peu le hasard en plaquant des idées préconçues sur ce que l’on voit. On sent alors que l’on ne fait rien de bien convaincant. Et plutôt que s’entêter à contrôler ce pas de deux avec le réel, on se laisse peu à peu aller jusqu’à ce que ce soit lui qui mène la valse. Les situations défilent comme autant d’images, souvent inintéressantes ou peu compréhensibles, mais parfois d’une belle évidence. Il suffit alors d’acquiescer de l’index.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK