Ibrahim Maalouf, trompettiste fiché par Interpol

Ibrahim Maalouf, musicien compositeur reconnu internationalement, se rendait ce mardi à Londres pour sa tournée. Un voyage riche en rebondissements, lorsque le musicien franco-libanais apprend en gare du Nord à Paris qu'il est signalé "Interpol positif"

"Ils m'ont confisqué mon passeport et m’ont interrogé. J’ai raté deux trains supplémentaires, et annulé toute la journée de promotion que je devais faire à Londres" explique-t-il au site Clique. Par la suite il a eu le malheur de partager sa mésaventure sur Facebook… vite reprise par Le Parisien, qui se méprend en écrivant qu'il avait été retenu par les douaniers alors que c'était la police. Un article rapidement repéré par les douaniers en question qui viennent demander des comptes à Ibrahim Maalouf dans le train.

" A la suite d'un échange musclé, j’ai menacé les agents, qui avaient demandé à la sécurité de venir me sortir du train, d’en parler à la presse de manière beaucoup plus étendue. Ils se sont calmés, et une minute avant que le train ne démarre, ils m’ont laissé partir." Le musicien a pu arriver à temps pour donner son concert dans la capitale britannique.

Je reproche à Interpol de s'engouffrer sur des terrains qui n'ont pas grand sens

La police n'avait pas d'explications quant à son fichage par Interpol. Etre fiché positif, cela veut dire que l'on sera automatiquement appréhendé aux frontières. Ibrahim Maalouf risque donc d'être régulièrement interrogé… " Je reproche à Interpol de faire un peu de zèle, et de s’engouffrer sur des terrains qui n’ont pas grand sens. Par exemple, mon profil, pour le coup, est assez clair, toute ma vie est sur internet, ni mes téléphones ni mes ordinateurs ne sont protégés. Donc, s’ils veulent savoir où je suis, quand, ce que je fais… ils peuvent le faire car je n’ai rien à cacher."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK