Hugh Hefner, fondateur de Playboy, est décédé: avec ses playmates, il avait défié la morale américaine

Hugh Hefner, le fondateur de Playboy est décédé à l'âge de 91 ans dans sa célèbre "Playboy Mansion"
2 images
Hugh Hefner, le fondateur de Playboy est décédé à l'âge de 91 ans dans sa célèbre "Playboy Mansion" - © Charley Gallay - AFP

Hugh Hefner, fondateur du magazine Playboy, pionnier de la presse érotique grand public, est décédé à l'âge de 91 ans, a annoncé Playboy mercredi via son compte Twitter. Le natif de Chicago "s'en est paisiblement allé aujourd'hui, décédé de cause naturelle, chez lui, dans la Playboy Mansion", précise la société. "Il était entouré de proches" au moment de sa mort.

"La vie est trop courte pour vivre le rêve de quelqu'un d'autre": c'est avec cette légende, sous un portrait de Hefner, célèbre pour sa tenue d'intérieur en satin rouge, que le magazine a salué la disparition de son fondateur.

American Icon and Playboy Founder, Hugh M. Hefner passed away today. He was 91. #RIPHef

Une publication partagée par Playboy (@playboy) le

Pendant des années, Hugh Hefner a défié la morale américaine. Au-delà de ses frasques avec les playmates, de ses mariages, il a ouvert la porte au changement dans la société américaine.

Hugh Hefner a en effet osé. Il a osé proposer un magazine avec des femmes nues. Il a osé y mêler des articles sur l'art de vivre. Il a osé invité des grandes plumes à y coucher leurs nouvelles. Comme Vladimir Nabokov, Susan Atwood, Arthur C Clarke.

En 1953, après des études de psychologie, il décide de lancer à Chicago ce fameux magazine Playboy. Un mensuel qui propose pour son premier numéro les photos de nus de Marilyn Monroe.

Peu d'argent au départ. Pas de numéro sur la couverture. Le futur n'est pas sûr. Et pourtant, c'est le succès. Mais aussi la condamnation. L'Amérique est en pleine période de maccarthysme et les valeurs familiales sont la pierre angulaire de la société. C'est justement contre cette société empreint de religiosité qu'Hefner veut lutter.

Réaction à une éducation répressive

"J'ai créé Playboy en partie en réaction à une éducation répressive, typiquement méthodiste du Middle West" expliquait-il.

Hefner paiera cette audace en allant en prison en 1963 pour vente de littérature obscène. Mais ce magazine libertin à destination des hommes proposant aussi des articles de fond sur la politique, la culture ou le sport s'est décliné dans plusieurs pays, en faisant l'une des plus grosses fortunes américaines.

Il n'en démordra pas. Il continuera à coucher des filles sur papier glacé et à coucher avec plusieurs d'entre elles dans un manoir, sur les hauteurs de Los Angeles, la Playboy Mansion, où se sont déroulées d'immenses et fastueuses réceptions. A l'opposé des valeurs familiales américaines.

Bien que vendue à un homme d'affaires américain, le fils d'un milliardaire qui a notamment racheté la marque de gâteaux Twinkie, le fondateur du magazine avait obtenu le droit de continuer à y habiter jusqu'à la fin de sa vie.

Les "playmates" qui posent nues, l'un des arguments de vente principaux du magazine, avaient disparu de ses pages durant l'année 2016, avant un retour remarqué en février dernier.

Archives: Hugh Hefner faisant un tour de manège avec sa dernière épouse, Crystal Harris

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK