Héritage de Johnny Hallyday: la justice ordonne le gel des biens de l'artiste français

La justice française a ordonné vendredi le gel des biens de la star française Johnny Hallyday ainsi que la mise sous séquestre de tous ses droits artistiques, dans le conflit sur l'héritage qui oppose les deux aînés du chanteur à sa veuve.

Le tribunal de grande instance de Nanterre (région parisienne) a en revanche estimé que la procédure de référé (urgence) n'était pas justifiée s'agissant de l'album posthume du rockeur, qui doit sortir en 2018 et sur lequel ses enfants aînés, Laura Smet et David Hallyday, réclamaient un droit de regard.

Querelle d'héritage

David Hallyday et Laura Smet contestent le testament californien de leur père rédigé en 2014 et qui lègue l'ensemble de son patrimoine à sa veuve, Laeticia, ainsi qu'à leurs deux filles mineures, Jade et Joy. Ils ont donc saisi le tribunal de Nanterre, près de Paris, pour demander le gel des biens immobiliers et droits artistiques du rockeur, décédé en décembre, en attendant une décision judiciaire sur le fond concernant la succession.

Depuis février, la famille de l'ex-"idole des jeunes" se déchire sur son héritage. Dernier épisode en date: une longue interview de Laeticia Hallyday parue mercredi dans l'hebdomadaire Le Point, la première depuis la mort de la star le 5 décembre. "On me vole mon deuil. On me roue de coups", y déclare-t-elle.

Tous les actifs de Johnny Hallyday sont actuellement regroupés dans un trust baptisé JPS (pour Jean-Philippe Smet, son nom à l'état-civil), une structure de droit anglo-saxon qui permet de réunir l'ensemble des biens d'une personne. Ce trust, basé en Californie où l'artiste résidait depuis 10 ans, avait été au centre des débats lors de l'audience

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK