"Henri", le nouveau film tragi-comique de Yolande Moreau bien applaudi

Yolande Moreau sur la plage de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes
2 images
Yolande Moreau sur la plage de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes - © RTBF - C. Biourge

Sur la Croisette, tous les cinéphiles connaissent Yolande Moreau et quand ils apprennent que la réalisatrice belge revient à Cannes avec un deuxième film, "Henri", ils se précipitent pour assister à la projection. C'est simple, la salle était remplie à l'heure de la vision de presse ce vendredi midi tout comme à la soirée de clôture. De son côté, Yolande Moreau était "excitée à mort" à l'idée de présenter son nouveau bébé en clôture de la Quinzaine des Réalisateurs.

"Henri" est l'histoire d'un cinquantenaire, d'origine italienne, qui tient avec sa femme Rita (Lio) un petit restaurant dans la région de Charleroi. Lorsque sa femme meurt brutalement, Henri accepte de se faire aider par "un papillon blanc", c'est le nom donné aux résidents d'un foyer d'handicapés mentaux situé dans le village. Une relation s'installe entre ces deux êtres fragiles. 

Pour Yolande Moreau, l'idée était de faire un film sur la difficulté de vivre. 

C'est parce que son histoire se situait dans la région de Charleroi que Yolande Moreau a voulu un comédien d'origine italienne. Quand elle a rencontré l'acteur italien Pippo Delbono, très connu en Italie pour ses pièces de théâtre, elle a été séduite immédiatement. "C'est quelqu'un qui a pu connaître la dépression, qui sait ce que c'est et il y a une résonance avec sa propre histoire et le film", nous a-t-elle expliqué. 

Candy Ming ("papillon blanc"), elle l'a rencontrée sur les tournages de "Louise Michel" et de "Mammuth". Elle la trouvait "fascinante" et "lumineuse".

Pour le reste, la réalisatrice belge a jeté son dévolu sur les 21 acteurs professionnels de la compagnie de l’Oiseau-Mouche à Roubais près de Tournai, des personnes en situation de handicap mental.

On retrouve aussi beaucoup d'acteurs proches de Yolande Moreau comme Serge Larivière, Simon André, Noël Godin, Lio ou encore Jacky Berroyer et Pascal Bonitzer. 

Il faut dire que Yolande Moreau aime travailler en famille. Elle s'est d'ailleurs faite aidée sur ce film par sa fille qui est scripte. 

Pour le reste, comme "Quand la mer monte...", Yolande Moreau nous offre avec "Henri" un film sans beaucoup de dialogues, où les acteurs parlent essentiellement avec leur corps. "Je n'aime pas les films bavards, je sabre encore au montage", nous confie Yolande Moreau, "j'aime le langage en images".

Le sujet est tragique mais il est toujours saupoudré d'une fine couche d'humour comme on les aime. Bref un film sensible qui ne devrait pas laisser indifférent. Il a d'ailleurs été bien applaudi par le public à l'issue de la vision presse, malgré un petit incident technique qui a provoqué une interruption de la projection dix minutes avant la fin. 

Quant à savoir si Yolande Moreau préfère être actrice ou réalisatrice :   

"Henri" a fait la clôture de la Quinzaine des Réalisateurs ce vendredi soir. 

Notons que "Tip Top", de Serge Bozon, avec notamment François Damiens, a reçu une mention spéciale du jury SACD. 

C. Biourge

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK