Polémique sur le choix de Damso pour l'hymne des Diables: "On contrôlera le message"

Grosse polémique sur le choix de Damso pour l'hymne officiel des Diables: "On contrôlera le message"
Grosse polémique sur le choix de Damso pour l'hymne officiel des Diables: "On contrôlera le message" - © Tous droits réservés

Pierre Cornez, porte-parole de l'Union belge de football, a défendu dans Jour Première le choix de Damso pour composer l'hymne des Diables rouges pour la prochaine Coupe du monde de football: pour lui, comme Stromae, puis Dimitri Vegas & Like Mike, Damso est "un jeune Belge qui a beaucoup de succès auprès des jeunes. En plus, c'est quelqu'un qui est issu de l'immigration, ce qui est le cas aussi pour beaucoup de nos joueurs". 

Le porte-parole regrette d'ailleurs qu'"il y a déjà une polémique par rapport à ça alors que la chanson sortira seulement en avril". Et de préciser que l'Union Belge pourra exercer un certain contrôle sur les paroles : "On aura aussi notre mot à dire. Il est clair qu'il y aura un contrôle de notre part pour faire en sorte, par le biais de sa chanson, qu'il véhicule les messages que nous souhaitons véhiculer".

Quel exemple pour les jeunes ?

Malgré ces précisions, Viviane Teitelbaum, présidente du Conseil des femmes francophones, a maintenu son "carton rouge pour Damso", estimant qu'avec cette annonce, "plein de jeunes vont aller écouter ses raps et ils vont entendre des propos qui ne sont pas à banaliser. Je pense que ces 6 mois où ils vont écouter Damso, entendre toutes ces paroles stéréotypées, insultantes pour les femmes, même très brutales par rapport à ce qu'il dit de la société quand il s'adresse aux jeunes, c'est un vrai problème".

Elle parle notamment d'un contexte "doublement problématique", avec d'un côté, "tous les problèmes de harcèlement, les #metoo, #balancetonporc, etc." ; et de l'autre, "les émeutes récentes dues justement à l'appel d'un rappeur qui appelle à " tout cramer à Lemonnier, Maroc City Gang" : "On est quand même dans un contexte aujourd'hui où on promeut l'égalité hommes-femmes, où on essaie justement de comprendre ce qui fait que la société en est encore avec des stéréotypes sexistes aussi graves. Et le monde du foot est un monde où on essaie justement de faire passer des valeurs, où on essaie de montrer l'exemple par rapport aux jeunes, et là on va à l'encontre de tout ça. Est-ce que c'est vraiment le moment pour l'Union belge de foot de mettre en avant quelqu'un qui va inciter à l'utilisation de drogues, qui va inciter au harcèlement, qui va inciter aux violences ?"

Et pour elle, pas question de mettre ça sur le compte du second degré : "Le second degré, c'est entre soi. Ce n'est pas du second degré quand un rappeur, mec, s'adresse aux femmes comme il le fait".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK