Greenpeace a organisé un « concert glacé » en Arctique pour appeler à protéger 30% des océans

Le "concert glacé"
Le "concert glacé" - © Denis Sinyakov / Greenpeace

Un groupe de musiciens a enregistré le 2 mai en partenariat avec Greenpeace un concert glacé sur la banquise du pôle Nord. Sous -12°C, le quatuor a fait tinter carillons, cors, percussions et violoncelle de glace pour souligner l'urgence à protéger les océans.

L'enregistrement en Arctique de ce morceau de trois minutes, intitulé "Ocean Memories", vise à "souligner le besoin immédiat de créer des réserves marines non seulement pour le pôle Nord, mais pour la planète entière", explique Halvard Raavand, chargé de mission pour Greenpeace. Les gouvernements négocient actuellement aux Nations unies un traité mondial sur les océans qui pourrait ouvrir la voie à la création d'un réseau de réserves marines.

Ce traité doit mener à la protection d'au moins 30% des océans d'ici 2030. L'objectif est notamment de fournir un cadre juridique pour la protection des eaux internationales, rendant possible la création d'aires marines protégées, ou "réserves marines", exemptes d'activités humaines nuisibles.

"Cette protection est urgente: en avril de cette année, la température moyenne était de 8°C au-dessus de la normale en Arctique", provoquant "une perte de glace record". Le pôle Nord compte ainsi 230.000 km² de banquise en moins que lors du record précédent établi avril 2016.

La pétition lancée par Greenpace pour exiger à l'Onu la création de réserves marines et une meilleure protection des océans a recueilli plus de 450.000 signatures, sur les 550.000 attendues.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK