Google renonce à vendre son téléphone Nexus One en ligne

Le groupe internet Google a annoncé vendredi qu'il renonçait à vendre en ligne son téléphone Nexus One, signalant l'échec de sa tentative de commercialiser directement son appareil sur internet.

"Une fois que nous aurons augmenté la disponibilité des appareils Nexus One en magasins, nous cesserons de vendre des appareils dans la boutique en ligne, dont nous nous servirons plutôt comme d'une vitrine montrant la gamme des téléphones Android existant dans le monde", a indiqué un ingénieur, Andy Rubin, sur le blog officiel du groupe.

Google a lancé Nexus One le 5 janvier dans le but de concurrencer Apple et son iPhone, vantant une nouvelle avancée dans l'évolution de son logiciel Android. L'expérience de vente en ligne était une innovation, alors qu'aux Etats-Unis les opérateurs ont le plus souvent l'exclusivité sur la distribution des appareils.

La société n'a pas indiqué combien de Nexus One avaient été vendus depuis la sortie de l'appareil aux Etats-Unis, mais elle a reconnu que seuls des technophiles avaient eu recours à sa boutique en ligne, qui propose l'appareil à prix réduit avec un forfait de l'opérateur T-Mobile (Deutsche Telekom), ou sans réduction avec une compatibilité avec les réseaux AT&T et T-Mobile.

"L'adoption mondiale du système Android a dépassé nos attentes, mais pas la performance de la boutique en ligne", a souligné M. Rubin.

"Il est clair que beaucoup de consommateurs veulent pouvoir toucher avant d'acheter un téléphone, et ils veulent aussi choisir parmi un large éventail de forfaits", a-t-il ajouté, précisant que, comme en Europe, Google entendait passer désormais par les opérateurs pour vendre son téléphone.

Le PDG de Google Eric Schmidt a affirmé jeudi qu'il se vendait plus de 65.000 téléphones sous Android chaque jour, soit environ deux millions par mois, ce qui rapproche la diffusion de ce système des chiffres de vente de l'iPhone (8,75 millions d'iPhones vendus au premier trimestre 2010).

La vente en ligne du Nexus One, introuvable en magasins, était une curiosité aux Etats-Unis.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK