Google propose d'ouvrir les résultats de recherche à ses concurrents

C'est le Financial Times et le Wall Street Journal qui donnent l'information: après trois ans d'enquête pour pratiques potientiellement en infraction avec les règles de concurrences,  le géant de l'internet a fait une proposition à la Commission européenne la semaine dernière.

En voici les détails, tels que les rapportent ces deux quotidiens. 

Google signalera aux utilisateurs les liens vers ses propres sites spécialisés et engins de recherche verticaux. Et chaque fois qu'il liera vers un de ses sites, il proposera aussi trois liens vers des concurrents.

Dans l'accord, "qui serait contraignant pendant cinq ans", Google promet d'indiquer "clairement" aux utilisateurs lorsqu'il propose ses propres services de recherche, notamment pour les restaurants, les services financiers ou les achats en ligne.

Pour ce qui est de l'info, les résultats de Google News devraient juste être présentés comme tels et séparés.

Si l'Union européenne est d'accord avec ces propositions, Google échapperait à d'importantes pénalisations financières.

Aucune date n'a été fixée pour une décision de la Commission, mais celle-ci a indiqué ces derniers mois qu'elle espérait un règlement du dossier après l'été.

La Commission avait ouvert une enquête contre Google en novembre 2010, à la suite de plusieurs plaintes, dont l'une émanait du portail internet Ciao, racheté par Microsoft en 2008. D'autres plaintes s'y sont ajoutées, dont une de Microsoft en 2011.

Le géant d'internet est soupçonné de mettre en avant dans ses liens ses propres moteurs de recherche verticale, c'est-à-dire spécialisés dans un domaine précis, comme les voyages ou les restaurants, afin de leur assurer un "traitement préférentiel" par rapport aux autres moteurs de recherche spécialisés.

En janvier, les autorités américaines avaient blanchi Google, mettant fin à une enquête similaire ouverte en juin 2011 sans avoir trouvé de preuve d'abus de sa position dominante dans la recherche en ligne.

Ses concurrents risquent toutefois de continuer à contester sa suprématie hors d'Europe et pour tout ce qui est du commerce en ligne sur plate-formes mobiles, via son système d'exploitation pour téléphones mobiles Android. Une nouvelle plainte a été déposée contre Google à ce sujet la semaine dernière notamment par Microsoft et Oracle. 

RTBF avec Belga et TechCrunch

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK