Google et Tinder visés par des enquêtes en Europe sur les données personnelles

Le géant américain Google et l'application de rencontres Tinder sont sous le coup d'enquêtes en Europe sur l'utilisation des données personnelles, a annoncé mardi la Commission de protection des données (DPC) irlandaise.

L'enquête sur Google concerne le traitement des données de géolocalisation de ses utilisateurs, selon la DPC.

Le régulateur explique, dans un communiqué, avoir reçu des plaintes de différentes associations de consommateurs européennes sur le manque de transparence dans le traitement de ces données.

La DPC a par conséquent ouvert une enquête pour déterminer dans quelle mesure Google a le droit d'analyser les données de géolocalisation et s'il remplit ses obligations de transparence.

Le siège européen de Google étant en Irlande, c'est au régulateur irlandais de veiller au respect du Règlement européen sur la protection des données (RGPD) mis en place dans l'UE en mai 2018 et prévoyant des amendes qui peuvent aller jusqu'à 20 millions d'euros ou 4% du chiffre d'affaires mondial.

Google veut "coopérer"

Dans une déclaration transmise à l'AFP, Google indique qu'il va "coopérer pleinement" avec la DPC, et assure travailler étroitement avec les régulateurs et les associations de consommateurs en Europe.

"L'année dernière, nous avons fait plusieurs changements afin d'améliorer le niveau de transparence et de contrôle du consommateur sur les données de localisation", explique un porte-parole.

La DPC a également annoncé avoir lancé une enquête contre l'application de rencontres Tinder, qui appartient au géant du secteur Match Group, sur le traitement des données personnelles de ses utilisateurs.

"La transparence et la protection des données personnelles de nos utilisateurs sont de la plus haute importante pour nous", a réagi Match Group, interrogé par l'AFP, expliquant lui aussi "coopérer pleinement" avec le régulateur irlandais.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK