Golden Globes: pour les acteurs, "il n'y a plus aucune frontière entre le cinéma et la télévision"

Elisabeth Moss récompensée d'un Golden Globe pour son rôle dans la série "The Handmaid’s Tale"
Elisabeth Moss récompensée d'un Golden Globe pour son rôle dans la série "The Handmaid’s Tale" - © Greg Doherty - AFP

Le Plus de Matin Première était consacré ce lundi matin à la cérémonie des Golden Globes qui s'est tenue la nuit dernière à Hollywood. Cette cérémonie survient cette année après le scandale des frasques sexuelles du producteur Harvey Weinstein. On fait le point avec Hugues Dayez, spécialiste cinéma à la RTBF.

"Harvey Weinstein était un véritable faiseur de rois. Il a procuré des Oscars à énormément d’actrices. Aujourd’hui, il est au ban de Hollywood, rappelle Hugues Dayez. (...) Hier, les stars étaient en noir, répondant à l’appel de Jessica Chastain et d’autres actrices. Les comédiennes avaient choisi ce geste vestimentaire pour protester contre le harcèlement sexuel dont les femmes sont si souvent victimes. Et la productrice Oprah Winfrey, qui a reçu un prix honorifique, le Cecil B. DeMille Award, en a profité pour mettre en avant le mouvement récemment créé #metoo, lancé par des stars comme Cate Blanchett pour aider financièrement les femmes victimes de harcèlement ou d’abus sexuels à rompre le silence et à faire les démarches nécessaires pour se faire connaître."

Les Golden Globes récompensent à la fois le cinéma et la télévision. Parmi les femmes récompensées cette année, on trouve Nicole Kidman qui a remporté le premier prix de la soirée pour son rôle dans la mini-série télévisée 'Big Little Lies' où elle incarne une femme battue.

"'Big Little Lies' remporte 4 Golden Globes, c’est un des grands gagnants de la soirée du côté de la télévision. L’autre grand gagnant dans le domaine des séries est la série 'The Handmaid’s Tale (La Servante Écarlate)', qui permet à l’actrice Elisabeth Moss de remporter le deuxième Golden Globe de sa carrière, poursuit Hugues Dayez. C’est intéressant parce qu’Elisabeth Moss est dans le film 'The Square', qui a eu la Palme d’or à Cannes, et Nicole Kidman est une star de cinéma. Donc on voit bien qu’il n’y a absolument plus aucune frontière, en tout cas pour les acteurs, entre le cinéma et la télévision. Et le palmarès des Golden Globes est aussi important dans le monde de la télévision que dans le monde du cinéma."

>>> À lire aussi : le palmarès des Golden Globes

Côté cinéma, c'est "Lady Bird", un film de femmes, qui remporte le Golden Globe de la meilleure comédie. "C’est le portrait d’une adolescente de province qui veut échapper à sa mère autoritaire et tenter de monter à New York. C’est réalisé par l’actrice Greta Gerwig, une figure très bien connue du cinéma américain indépendant. C’est seulement son deuxième long métrage comme réalisatrice. Sa jeune interprète principale, l’Irlandaise Saoirse Ronan, qui a 23 ans à peine, est sacrée meilleure actrice dans ce film. Donc, beau doublé de femmes pour 'Lady Bird'."

Les femmes comptent et doivent compter de plus en plus à Hollywood

Aux Golden Globes, contrairement aux Oscars, il y a une catégorie comédie et une catégorie drame. Du côté des drames, "là encore, (c'est) à croire que les jurés l’auront fait exprès, note Hugues Dayez. C’est un film avec un grand rôle féminin qui domine. Frances McDormand, qui était lauréate de l’Oscar il y a 20 ans pour le formidable film des frères Coen, 'Fargo', remporte aujourd’hui le Golden Globe pour 'Three Billboards'. Elle incarne une femme qui loue trois panneaux publicitaires dans un patelin du Missouri pour apostropher sur ces panneaux le shérif, qui n’a toujours pas retrouvé l’assassin de sa fille."

Le film en vaut-il la peine? Oui, pour le spécialiste cinéma à la RTBF. "'Three Billboards' est absolument exceptionnel. C’est le grand gagnant de la soirée puisqu’il remporte 4 Golden Globes au total : meilleure actrice pour Frances McDormand, meilleur second rôle pour Sam Rockwell, meilleur scénario pour l’auteur anglais Martin McDonagh et meilleur film.

L’autre grand favori de la soirée était "The Shape of Water". Ce long métrage ne repart pas complètement bredouille puisqu’il permet à Guillermo del Toro de remporter le Golden Globe du meilleur réalisateur. "C’est donc une sorte de doux partage entre Martin McDonagh et Guillermo del Toro. "Ça arrive souvent quand les jurés ne savent pas choisir. Ils donnent un prix meilleur réalisateur et meilleur film. C’est arrivé l’année dernière aux Oscars entre 'Moonlight' et 'La La Land'."

Quant au Golden Globe du meilleur film étranger, "on pouvait s’attendre, comme ça arrive parfois, que la Palme d’or 'The Square' soit gagnant. Pas du tout". Le lauréat, "c’est le film 'In the Fade' ('Aus dem Nichts') de Fatih Akin, qui avait permis en mai dernier à Diane Kruger de remporter le prix de la meilleure actrice à Cannes. Là encore, c’est un film avec un rôle féminin très fort. On a compris le message des Golden Globes, les femmes comptent et doivent compter de plus en plus à Hollywood".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK