Frappe israélienne sur l'immeuble des médias Al-Jazeera et Associated Press à Gaza: l'agence américaine "choquée et horrifiée"

L'armée israélienne a mené une frappe samedi sur l'immeuble d'une dizaine d'étages abritant les locaux de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera et l'agence de presse américaine Associated Press (AP) dans la bande de Gaza, ont constaté des journalistes de l'AFP. L'agence de presse américaine AP s'est dite samedi "choquée et horrifiée".

"Une frappe israélienne a dévasté la tour qui abrite les bureaux d'AP dans la ville de Gaza", a écrit sur Twitter Jon Gambrell, un journaliste de l'agence américaine.

"Nous avons évité de justesse de terribles pertes humaines."

"L'armée a prévenu le propriétaire de la tour dans laquelle AP a ses locaux qu'elle serait ciblée" par une frappe, avait-il écrit peu de temps avant.

"Nous sommes choqués et horrifiés par le fait que l'armée israélienne vise et détruise l'immeuble abritant le bureau d'AP et d'autres médias à Gaza", a dit dans un communiqué le patron de l'agence, Gary Pruitt.

"Ils connaissent depuis longtemps l'emplacement de notre bureau et savaient que des journalistes s'y trouvaient. Nous avons été avertis que l'immeuble serait frappé", a-t-il ajouté.

"C'est un développement incroyablement inquiétant. Nous avons évité de justesse de terribles pertes humaines. Une dizaine de journalistes et de pigistes d'AP se trouvaient dans l'immeuble et heureusement, nous avons pu les évacuer à temps", a-t-il précisé.

"Nous avons demandé des informations au gouvernement israélien et sommes en contact avec le département d'Etat américain pour essayer d'en savoir plus", a encore dit Gary Pruitt.

"Le monde sera moins informé sur ce qui se passe à Gaza à cause de ce qui s'est passé aujourd'hui", a-t-il conclu.

Des journalistes de l'AFP ont vu la tour de 13 étages se faire pulvériser par plusieurs missiles.

La chaîne Al-Jazeera a confirmé sur Twitter que ses locaux étaient dans ce bâtiment et a retransmis en direct les images de la tour s'effondrer dans un nuage de poussière.

Sollicitée par l'AFP, l'armée israélienne n'a pas réagi à ces informations dans l'immédiat.

"Des bombes pourraient tomber sur notre bureau. Nous avons couru les escaliers depuis le 11e étage et regardons maintenant le bâtiment de loin, priant pour que l'armée finisse par se rétracter" avait tweeté peu de temps avant le raid Fares Akram, correspondant pour AP à Gaza.

 

Escalade meurtrière

Le mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza et Israël échangent depuis lundi des tirs meurtriers depuis et vers l'enclave palestinienne de deux millions d'habitants.

Le dernier bilan des autorités palestiniennes faisait état vendredi soir de 139 morts, parmi lesquels 39 enfants, et 1.000 blessés dans les bombardements israéliens.


Lire aussi: "Une offensive terrestre israélienne en bande de Gaza pourrait produire des dizaines de milliers de morts"


 

Plus de 2300 roquettes ont été lancées par des groupes armés palestiniens sur le territoire israélien depuis lundi, tuant neuf personnes, parmi lesquelles un enfant et un soldat, et faisant plus de 560 blessés.

Selon l'armée, le bouclier antimissile "Dôme de fer" a intercepté plus de la moitié de ces missiles.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK