France: une soixantaine de parlementaires en délicatesse avec le fisc

Comme Thomas Thévenoud, une soixantaine de parlementaires en délicatesse avec le fisc, selon Le Canard Enchaîné
Comme Thomas Thévenoud, une soixantaine de parlementaires en délicatesse avec le fisc, selon Le Canard Enchaîné - © Belga

Une soixantaine de parlementaires français, en délicatesse à des degrés divers avec le fisc, auraient été priés de régulariser leurs situations, a affirmé mercredi l'hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné.

L'information a suscité un début de controverse, un mois et demi après l'éviction du gouvernement socialiste au pouvoir d'un éphémère secrétaire d'Etat, Thomas Thévenoud, qui ne s'était pas acquitté de ses impôts.

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique a dénoncé une "information partielle" de l'hebdomadaire et déploré "une suspicion malsaine" à l'égard des élus. Cette instance a été créée en 2013, à la suite du retentissant scandale de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, banni de la scène politique pour avoir avoué, après des mois de dénégations, qu'il détenait un compte bancaire caché en Suisse.

'Phobie administrative'

Dans son édition de mercredi, le Canard Enchaîné recense une soixantaine de députés et sénateurs (sur 925 au total) visés par le fisc pour des cas qui vont "du petit différend au gros redressement (...) en passant par la 'phobie administrative'". Ce dernier terme avait été avancé en septembre par l'ex-secrétaire d'Etat au Commerce extérieur Thomas Thévenoud pour expliquer qu'il n'avait pas payé ses impôts pendant plusieurs années. M. Thévenoud a été limogé par le Premier ministre Manuel Valls, neuf jours seulement après sa nomination à la faveur d'un remaniement. Selon le Canard enchaîné, les parlementaires concernés cette fois ont été invités par les services fiscaux à se mettre en conformité avec la loi. L'hebdomadaire, qui ne cite aucun nom, reconnaît toutefois qu'après les régularisations en cours, les contrevenants "pourraient n'être plus qu'une grosse poignée".


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK