France: une grève de 24 heures votée chez iTELE contre l'arrivée de Jean-Marc Morandini

 La Société des journalistes d'iTELE demandait à Jean-Marc Morandini de renoncer à son émission.
La Société des journalistes d'iTELE demandait à Jean-Marc Morandini de renoncer à son émission. - © GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

Les journalistes de la chaîne d'information du groupe Canal+ iTELE, réunis en assemblée générale, ont voté à large majorité lundi une grève de 24 heures pour protester contre l'arrivée de Jean-Marc Morandini à l'antenne, annonce la presse française. L'animateur, qui a été mis en examen pour "corruption de mineur aggravée", doit débarquer lundi sur la chaîne pour une émission quotidienne.

Au total, 114 personnes se sont prononcées en faveur de la grève et quatre contre. On dénombre 17 abstentions.

Les journalistes d'iTELE ont massivement protesté depuis l'annonce de l'arrivée de l'animateur. La semaine dernière, dans une tribune dans le journal Monde, la Société des journalistes d'iTELE demandait à Jean-Marc Morandini de renoncer à son émission, après avoir voté une motion de défiance contre sa direction. L'animateur avait répondu en demandant qu'on le "laisse travailler" et qu'on respecte "la présomption d'innocence".

Clause de conscience

Vendredi dernier, iTELE avait ouvert une "clause de conscience" pour les journalistes qui souhaitent partir plutôt que travailler avec Jean-Marc Morandini. Ce lundi, le directeur adjoint de la rédaction, Alexandre Ifi, a annoncé son départ.

Depuis samedi, l'affaire a gagné les réseaux sociaux, avec le hashtag #JeSoutiensiTELE, repris par de très nombreux journalistes et personnalités dont Bruce Toussaint, Rama Yade, Léa Salamé, ou encore la société des rédacteurs du Monde, par la voix de son président, Paul Benkimoun.

L'enquête visant Jean-Marc Morandini a été ouverte à la suite de plaintes déposées par deux hommes, mineurs à l'époque des faits, après des révélations du magazine "Les Inrocks" sur le tournage d'une websérie produite par Morandini, "les Faucons".

La décision de le mettre malgré tout à l'antenne, officiellement pour relancer l'audience, aurait, selon Le Monde, été imposée par Vincent Bolloré lui-même, qui a longtemps travaillé avec Jean-Marc Morandini dans sa chaîne Direct 8, mais aussi dans son quotidien Direct Matin et au sein du site Jeanmarcmorandini.com, dont Bolloré a été actionnaire majoritaire.

Cette affaire alourdit encore l'ambiance à iTELE, chaîne déficitaire dont l'audience stagne autour de 1% et qui attend toujours le plan de relance promis par Vincent Bolloré en 2015. Au contraire, après avoir remplacé brutalement tous les dirigeants, le patron de Canal+ a mis en place un plan d'économies drastiques en supprimant la plupart des pigistes. iTELE sera rebaptisée CNews le 24 octobre.

Censure de Canal+ sur un documentaire

Une autre affaire embarrassante pour Canal+ a été relancée lundi, avec la plainte déposée contre Vincent Bolloré par trois journalistes qui l'accusent d'avoir empêché en 2015 la diffusion par Canal+ d'un documentaire dénonçant un système d'évasion fiscale au Crédit Mutuel, banque partenaire de Vivendi.

Dernière pierre dans le jardin de Canal+, France 2 va récupérer son "Zapping", émission supprimée cet été par Vincent Bolloré.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK