France/Bettencourt : un patron de télé-réalité sort libre de garde à vue

(Belga) Un entrepreneur vedette de la télé-réalité, placé lundi en garde à vue par la justice française dans le cadre de l'enquête sur des abus de faiblesse au détriment de l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt, est sorti libre mardi soir, a déclaré une source proche du dossier.

Le PDG de LOV Group Stéphane Courbit a été relâché sans convocation ultérieure chez le juge, a ajouté cette source. Il n'était pas possible pour le moment de connaître le sort des deux autres personnes gardées à vue depuis lundi matin, l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt Me Pascal Wilhelm et l'ex-infirmier de la milliardaire. Stéphane Courbit avait dirigé dans les années 2000 Endemol France, la société qui avait lancé la télé-réalité en France, avec une version de l'émission "Big Brother". Les juges chargés de l'affaire s'interrogent notamment sur les conditions dans lesquelles l'héritière de L'Oréal a investi 143 millions d'euros dans le groupe de Stéphane Courbit (LOV Group) en mai 2011. Cette transaction a été réalisée quelques mois avant le placement sous tutelle de l'héritière de l'Oréal, par l'entremise de son gestionnaire de fortune d'alors, Me Pascal Wilhelm, également avocat de M. Courbit. Le PDG de LOV Group a récemment affirmé dans Le Monde n'avoir "pas parlé" d'argent avec Liliane Bettencourt. Le 17 octobre 2011, Liliane Bettencourt avait été placée sous tutelle et la gestion de son patrimoine confiée à la fille unique de la milliardaire Françoise Bettencourt-Meyers, et ses deux fils Nicolas et Jean-Victor. Liliane Bettencourt est depuis 2010 au centre d'une affaire juridico-politique tentaculaire. Partie d'un différend familial entre la milliardaire et sa fille et de soupçons d'abus de faiblesse, l'affaire avait débordé sur le terrain politique. (DGO)
Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK