Fifi Brindacier échappe à une campagne de boycott

Fifi Brindacier est en Suède une icône de la littérature enfantine.
Fifi Brindacier est en Suède une icône de la littérature enfantine. - © AFP / JACOB FORSELL

Fifi Brindacier a échappé à une campagne de boycott en Suède après que la société des ayants droit de l'héroïne de littérature enfantine eut présenté ses excuses dimanche pour s'être opposée à l'utilisation d'un personnage des livres de Fifi sur le faire-part de décès d'un garçon de trois ans.

Vendredi, la famille de ce garçon avait révélé à la presse que cette société, Saltkraakan, refusait une telle utilisation de l'image de M. Nilsson, le singe ami de Fifi, dont le petit garçon était fan.

Les ayants droit avaient invoqué le souhait de l'auteur même des livres de Fifi (Pippi Laangstrump dans la version originale), Astrid Lindgren, qui préférait selon Saltkraakan que ses personnages soient associés à des événements heureux.

Face à l'ampleur des protestations, Saltkraakan a fait machine arrière dimanche. "Nous sommes tout à fait désolés que tant de peine et de déception face à notre nom se soit ajouté à un grand chagrin. Nous ne pouvons que demander pardon. M. Nilsson sera sur le faire-part, si les proches du petit garçon le souhaitent toujours", a écrit sur le site internet de la société son directeur général, Nils Nyman.

La campagne de boycott, menée sur internet, était soutenue entre autres par l'un des écrivains suédois les plus vendus, Camilla Läckberg, qui s'était dite "en colère". "Saltkraakan salit la mémoire d'Astrid", avait-elle écrit, avant de se féliciter dimanche que les ayants droit aient "fait preuve de souplesse, d'empathie et de tact".

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK