Festival de Cannes 2014 : pas de prix pour les frères Dardenne

Quentin Tarantino et Uma Thurman montent sur scène pour recevoir leur Palme d'Or
4 images
Quentin Tarantino et Uma Thurman montent sur scène pour recevoir leur Palme d'Or - © VALERY HACHE - BELGAIMAGE

Le palmarès de la 67e édition du festival de cannes a été proclamé ce samedi soir. Élections européennes obligent, le jury présidé cette année par la réalisatrice Jane Campion a dévoilé sa palme d'or un jour plus tôt. Elle revient à "Winter Sleep" de Nuri Bilge Ceylan

La Palme d'or du festival de Cannes a été attribuée à "Winter Sleep" du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, longue dissection psychologique d'un sexagénaire qui règne en maître sur un village d'Anatolie. "Cette année, c'est la centième année du cinéma turc, c'est une très belle coïncidence", a dit le réalisateur.

Le Grand prix est attribué à "Le meraviglie" ("Les merveilles") de l'Italienne Alice Rohrwacher. Seul film italien de la Sélection officielle, réalisé par Alice Rohrwacher, le film décrit comment l'irruption d'un jeune délinquant et d'une émission télévisée change la vie d'un couple d'apiculteurs en quête de pureté, vivant avec ses quatre filles en marge de la société.

Le prix de la mise en scène a été attribué à Bennett Miller pour son film "Foxcatcher", un drame des années 80 où un riche milliardaire (Steve Carell) prend sous sa coupe deux frères lutteurs (Shanning Tatum et Mark Ruffalo). A 47 ans, et en seulement trois films de fiction, le réalisateur a cumulé les honneurs, à commencer par une nomination aux Oscars 2006 pour son premier opus, "Truman Capote", avec Philip Seymour Hoffman.

Le prix du jury ex aequo a été remis à "Mommy" de Xavier Dolan et "Adieu au langage" de Jean-Luc Godard. Le prodige québécois Xavier Dolan, 25 ans, a remporté le prix du jury ex aequo avec la légende de la Nouvelle vague, le Franco-suisse Jean-Luc Godard. C'est la première fois que le Festival de Cannes récompense le réalisateur de 83 ans, qui a refusé de se déplacer sur la Croisette.

Le prix du scénario a été remis samedi à Cannes aux Russes Andreï Zviaguintsev, également réalisateur, et Oleg Negin pour "Leviathan". "Léviathan", qui dénonce la corruption et un État omnipotent, raconte le destin d'un garagiste, Kolia (Alexeï Serebriakov), qui mène une vie paisible dans une petite ville au bord de la mer de Barents, dans le nord de la Russie, avec sa deuxième femme et son fils né d'un premier mariage.

L'Américaine Julianne Moore a reçu samedi soir le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes pour son rôle d'actrice hollywoodienne hystérique et sur le déclin dans "Maps to the stars" du Canadien David Cronenberg. Cette rousse de 53 ans, nommée quatre fois aux Oscars et lauréate d'un Ours d'argent à Berlin pour "The Hours", est récompensée pour son interprétation d'une starlette au creux de la vague, Havana Segrand, assoiffée de reconnaissance et hantée par le fantôme de sa mère incestueuse, plus adulée qu'elle. En l'absence de l'actrice, c'est le scénariste du film Maps to the Stars" Bruce Wagner qui a reçu le prix pour Julianne Moore.

Le film français "Party Girl" a été récompensé par la Caméra d'or, distinguant le meilleur premier film de toutes les sections du festival de Cannes. Le jury de la Caméra d'or, présidé par l'actrice et réalisatrice française Nicole Garcia, a choisi de distinguer cette oeuvre entre fiction et réalité, puisque l'héroïne et sa famille sont les acteurs de leur propre vie. Ce prix récompense un film "sauvage et mal élevé", a dit Nicole Garcia avant que montent sur scène les trois jeunes réalisateurs : Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis, un des quatre enfants de l'héroïne Angélique.

L'acteur britannique Timothy Spall a reçu samedi soir à Cannes le prix d'interprétation masculine pour son rôle dans "Mr Turner", de Mike Leigh, où il campe le célèbre peintre britannique. "J'ai souvent été demoiselle d'honneur mais pas la mariée", a plaisanté l'acteur, mondialement connu par la saga Harry Potter, et acteur fétiche de Mike Leigh.

Les frères Dardenne avaient un rival

A Cannes, le dernier long métrage des frères Dardenne n'était plus, depuis 2 jours, l’unique favori sur la croisette.

Jusqu’au milieu de la semaine, le film des frères Dardenne, "Deux jours, une nuit" était celui qui remportait le plus de suffrages auprès de la presse internationale. Mais il avait depuis jeudi soir un concurrent sérieux, "Mommy", le cinquième long métrage d’un jeune réalisateur québécois, Xavier Dolan, de 25 ans à peine. Ce psychodrame exalté, qui montre les rapports entre un adolescent violant et sa mère, a ému de nombreux festivaliers.

Hugues Dayez

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK