Faux profil sur Facebook: RésistanceS.be renvoyé en correctionnelle fait appel

Capture d'écran du site internet ResistanceS.be
Capture d'écran du site internet ResistanceS.be - © resistances.be

Le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême doite RésistanceS.be, un mouvement de gauche, a interjeté appel contre la décision de la chambre du conseil de Bruxelles de le renvoyer devant le tribunal correctionnel. Deux de ses journalistes, dont le responsable rédactionnel, Manuel Abramowicz, sont inculpés de faux en informatique et de port public de faux nom pour avoir créé un faux profil sur le site Facebook.

L'avocat des journalistes de RésistanceS.be, Me Laurent Arnauts, a annoncé vendredi qu'il avait interjeté appel contre la décision de la chambre du conseil. La chambre des mises en accusation sera donc amenée à statuer dans les prochains mois sur cette affaire.

Les journalistes en cause avaient créé et mis en ligne, sur Facebook, un "faux profil", entre le 22 juin et le 4 juillet 2009. Ils avaient créé ce profil, avec photos et données personnelles, qui ne correspondait à personne. Le personnage virtuel était destiné à attirer les sympathisants d'extrême droite.

Selon eux, il s'agissait d'une méthode d'investigation journalistique et scientifique. Leur but était d'étudier et de combattre les mouvements de recrutement sur internet des groupes d'extrême droite.

Le plaignant, Georges-Pierre Tonnelier, ancien activiste de cette mouvance, était entré en contact avec le personnage virtuel et s'était alors vanté d'avoir été l'un des dirigeants du FN (Front National). RésistanceS.be avait ensuite utilisé ses propos dans un article. Georges-Pierre Tonnelier, lui, a soutenu qu'il avait été abordé et même "dragué" par ledit personnage.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK