Facebook, WhatsApp et Instagram réunis en une infrastructure? Les problèmes et questions que cela pose

Facebook, WhatsApp et Instagram bientôt réunis? Les problèmes et questions que cela pose
Facebook, WhatsApp et Instagram bientôt réunis? Les problèmes et questions que cela pose - © ARUN SANKAR - AFP

Le CEO de Facebook, Mark Zuckerberg, veut intégrer les services de messagerie Messenger, Instagram et WhatsApp, affirme le New York Times dans un article publié le 25 janvier. Selon le journal américain, qui cite des sources impliquées dans le programme, cette modification devrait être effective en 2020. Ce sont quelque 2,6 milliards de personnes qui sont concernées par ce projet. Pour l’heure, chacun de ces services est séparé les uns des autres. A l’avenir, un utilisateur de Facebook Messenger pourrait donc envoyer des messages à un utilisateur de WhatsApp, et inversement.

Depuis son rachat d’Instagram (en 2012) et de WhatsApp (en 2014), Facebook n’a eu de cesse de rapprocher les applications entre elles. De quoi inquiéter les fondateurs des deux applications qui ont pris les uns après les autres leurs distances avec le réseau social au logo bleu. En mars 2018, Brian Acton, cofondateur de WhatsApp, publiait par exemple un tweet invitant à « supprimer Facebook ».

Quel avenir pour le cryptage des données ?

L’article du New York Times affirme que Facebook compte plancher davantage sur le cryptage de sa messagerie Facebook. Pour l’instant, les textes échangés dans Messenger ne sont pas cryptés par défaut. Une option « conversation secrète » existe. « Les conversations secrètes de Messenger sont chiffrées de bout en bout, ce qui signifie que les messages ne sont visibles que par votre correspondant et vous-même. Personne d’autre ne peut les consulter, pas même nous », peut-on lire dans l’aide de Facebook. Mais cette option est difficile à trouver… et ne fonctionne pas sur toutes les plateformes.

WhatsApp, par contre, chiffre les messages de bout en bout. « Lorsqu’ils sont chiffrés de bout en bout, vos messages, photos, vidéos, messages vocaux, documents, mises à jour de statut et appels sont protégés pour ne pas tomber entre de mauvaises mains », écrit WhatsApp dans sa section FAQ.

Le fait que Facebook promette du cryptage dans toutes ses applications de messagerie est plutôt rassurant. Mais, note Matthew Green, professeur de cryptographie à l’université Johns Hopkins (Maryland), il pourrait y avoir un revers de la médaille. « La vraie question, c’est : 'Est-ce que les autres services vont être élevés à la qualité de ce que fait WhatsApp ? Ou est-ce que le cryptage de WhatsApp va être abaissé pour permettre une meilleure compatibilité. La dernière option serait un risque énorme ? », s’interroge-t-il sur Twitter.

Facebook mieux renseigné sur les utilisateurs de WhatsApp ?

Autre problème : on se connecte à WhatsApp avec un numéro de téléphone. Ce n’est pas nécessaire sur Facebook. Quid à l’avenir ? En 2016, WhatsApp mettait à jour sa politique de confidentialité et créait une option dans son application pour désactiver le partage d’informations avec Facebook.

Deux ans après, WhatsApp se veut rassurant : « Aujourd’hui, Facebook n’utilise pas les informations de votre compte WhatsApp pour améliorer votre expérience avec les produits Facebook ni pour vous proposer des publicités Facebook plus ciblées sur sa plateforme. » Si Facebook resserre les liens avec les autres services qu’il possède, cela pose question pour le respect de la vie privée.

Et Matthew Green de conclure : « Le résumé de tout ça, c’est que ce changement pourrait être une bonne ou une mauvaise nouvelle pour la sécurité et la vie privée. Mais vu les récents événements et les motivations financières de Facebook, je ne parierais pas beaucoup sur le 'bon'. C’est le bon moment pour retirer les conversations importantes de ces services. »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK