Facebook teste un système de paiements mobiles

"Nous travaillons sur un test à très petite échelle qui donne aux gens l'option d'utiliser leurs informations de paiement déjà enregistrées sur Facebook pour remplir le formulaire de paiement quand ils font un achat dans une application mobile", a indiqué le groupe jeudi dans un communiqué envoyé par courriel.

En s'identifiant comme membres de Facebook, ils n'auront plus besoin de rentrer leurs coordonnées bancaires par exemple, car l'application récupèrera automatiquement les numéros de carte de paiement ou de compte PayPal qu'ils ont fournis par le passé au réseau.

Facebook réfute toute ambition de concurrence

Facebook assure que son objectif n'est pas de faire concurrence aux systèmes de paiement établis.

Le test est réalisé pour l'instant avec seulement "un ou deux partenaires" et "ne remplace pas la gestion du paiement par l'actuel fournisseur de l'application, tel PayPal", a-t-il précisé.

"Nous continuons d'avoir une très bonne relation avec nos partenaires dans les systèmes de paiement, et ce produit vise seulement à tester comment nous pouvons aider les applications à rendre les achats plus simples", a-t-il ajouté.

Une activité marginale pour le réseau social

Le site d'informations AllThingsD.com, spécialisé dans le secteur technologique et qui avait révélé l'existence des tests, souligne que le service pourrait permettre à Facebook de collecter des informations supplémentaires sur les habitudes d'achats de ses membres, des données lucratives en particulier à des fins publicitaires.

Il relève toutefois que le réseau ne doit pas disposer pour l'instant d'une énorme base de données bancaires, même s'il en a récupéré pour les membres qui ont utilisé son service de petits cadeaux ou fait des paiements pendant des jeux en ligne.

Les revenus tirés de "paiements et autres" représentaient au deuxième trimestre seulement 214 million de dollars sur les 1,8 milliard de dollars de chiffre d'affaires de Facebook.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK