Espionnage américain: le patron de Google trouve cela "scandaleux"

Avant une conférence de presse de Google, en mai 2012 à New York
Avant une conférence de presse de Google, en mai 2012 à New York - © Emmanuel Dunand

Le président du géant de l'internet Google, Eric Schmidt, a qualifié lundi de "scandaleuse" l'interception par le gouvernement américain de données de centaines de millions d'utilisateurs de moteurs de recherche, révélée par la presse ces derniers jours.

Google s'est plaint de ces méthodes auprès de la NSA, l'agence chargée d'intercepter les communications, du président américain, Barack Obama, et de membres du Congrès, a déclaré Eric Schmidt, de passage à Hong Kong, dans une interview avec le Wall Street Journal.

"Il est vraiment scandaleux que l'Agence de sécurité nationale aille regarder dans les centres de données de Google, si ces révélations sont vraies. Les actes que l'organisation était prête à commettre en dépit du bon sens, pour mener sa mission, et violer potentiellement la vie privée des gens, ça n'est pas OK", a déclaré le patron de Google.

"La NSA aurait collecté les données téléphoniques de 320 millions de personnes, dans le but d'identifier à peu près 300 personnes qui présenteraient un risque. C'est tout simplement une mauvaise politique publique... et peut-être illégale", ajoute-t-il.

"Les révélations de Snowden nous ont fait comprendre qu'il pourrait tout à fait y avoir de nouvelles révélations", selon lui.

Citant des documents obtenus auprès de l'ex-consultant de la NSA Edward Snowden, le Washington Post a révélé fin octobre que la NSA et son homologue britannique, le GCHQ, récupéraient des données depuis les fibres optiques utilisées par les géants d'internet, dont Google et Yahoo!.

Ces interceptions auraient lieu en dehors des Etats-Unis, grâce à un fournisseur d'accès télécoms dont le nom n'est pas révélé. Agir en dehors des Etats-Unis permettrait à la NSA d'avoir plus de latitude que dans le pays, où des décisions de justice seraient nécessaires pour de telles actions.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK