Espagne : un clip sulfureux du rappeur C. Tangana, filmé dans une cathédrale, fait scandale

Des déhanchés sensuels mis en scène dans la cathédrale de Tolède pour les besoins d’un clip du rappeur C. Tangana ont fait scandale en Espagne, forçant l’archevêché à s’excuser et un prêtre à démissionner avant une messe de "purification" dimanche.

Dans ce clip sorti vendredi, C. Tangana, l’un des phénomènes musicaux du moment, danse une bachata endiablée avec l’artiste argentine Nathy Peluso sous les yeux médusés de religieux les observant derrière les piliers de la cathédrale.

"J’étais athée, mais à présent je crois (en Dieu), car un miracle comme toi ne peut que descendre du ciel", chante le rappeur dans ce titre intitulé "Ateo", qui signifie "athée" en espagnol.

Saluée par certains, sacrilège pour d’autres, la vidéo – et notamment le passage où le chanteur agrippe la longue chevelure de sa partenaire et lui incline la tête en arrière dans une posture provocante – a fait réagir sur les réseaux sociaux.

"J’aimerais savoir à quel prix la sacralité de la cathédrale de Tolède a été vendue à C. Tangana", a ainsi tweeté le compte "Fray Hernando de Talavera", du nom d’un prélat du XVe siècle, en dénonçant une "profanation".

Dans un communiqué publié le jour de la sortie du clip, l’archevêché de Tolède a demandé "sincèrement pardon à tous les fidèles […] qui se sont sentis à juste titre blessés par cet usage inapproprié d’un lieu sacré".

L’archevêque "n’a jamais eu connaissance" du tournage de ce clip et "désapprouve les images tournées", a-t-il assuré.

Las, la polémique a continué à enfler jusqu’à provoquer la démission du prêtre qui avait autorisé le tournage, doyen en titre du chapitre cathédrale, et qui a fait son mea culpa dans un nouveau communiqué de l’archevêché mardi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK