Epic Games, créateur de Fortnite, veut faire vaciller le monopole d'Apple dans le monde du gaming mobile

Epic Games, créateur de Fortnite, veut faire vaciller le monopole d’Apple dans le monde du gaming mobile
Epic Games, créateur de Fortnite, veut faire vaciller le monopole d’Apple dans le monde du gaming mobile - © LIONEL BONAVENTURE - AFP

C’est un combat de géants qui se déroule actuellement dans le monde du gaming mobile : la version mobile de Fortnite a récemment été exclue des stores iOS et Android, suite à la décision de son éditeur, Epic Games, de contourner le prélèvement de 30% d’Apple et Google sur toute transaction mobile dans les applications.

Ce n’est pas la première fois qu’Epic Games (détenu par le mastodonte chinois Tencent) vient titiller les GAFA sur leur terrain. A la sortie de Fornite sur mobile, Epic avait décidé dans un premier temps de ne pas rendre le jeu disponible sur Android via le Google Play store, mais via un téléchargement classique. Le studio de développement avait fait marche arrière, au bout de 18 mois, reprochant à Google de défavoriser les applications disponibles en dehors de leur store, via des "mesures techniques et commerciales telles que des fenêtres de sécurité effrayantes et insistantes", ainsi que des "accords et transactions restrictives avec les fabricants et opérateurs."

Epic Games a donc remis une couche en cet été 2020, et attaqué Apple en justice quand celui-ci a retiré Fornite de son store lors de sa nouvelle mise à jour, qui permettait de contourner la commission de 30% sur les microtransactions. Pour Google, la situation est différente, vu que le téléchargement du jeu est possible sans passer par le store. Chose impossible sur l’OS mobile d’Apple.

Ces microtransactions (optionnelles et esthétiques, mais intégrées dans un game design qui pousse très efficacement le joueur à acheter) représentent un très gros revenu pour Tencent, et font de Fortnite le jeu le plus lucratif de ces dernières années : en 2019, il a généré pas moins de 1.8 milliards de dollars. Pas étonnant donc que Tencent souhaite faire baisser ces fameux prélèvements.

Un mécontentement général envers ces 30% de prélèvement

Et de surfer sur un mécontentement bien présent parmi les développeurs de jeu vidéo mobile : ce prélèvement de 30% pour être présent sur les stores (indispensable pour toute application mobile) est bien trop important, tout particulièrement en jeu vidéo où les coûts de production sont importants.

Le PDG d’Epic Games, Tim Sweeney, a donc clairement orienté sa stratégie de communication en se présentant comme le porteur de drapeau de tous les développeurs. Et, en passant, de se moquer de la firme à la pomme, notamment via un clip vidéo associant Apple à Big Brother, du roman 1984 de George Orwell, sous le hashtag #freefortnite. Un coup d’éclat bien réfléchi donc, avec une stratégie bien rodée.

Comme l’explique Stéphane Rappeneau, responsable des financements des studios de développement à la Société générale et observateur de l’industrie du jeu vidéo, interviewé par Le Monde, la lutte juridique qui s’engage pourrait avoir de sérieuse répercussion sur monde du mobile : dans une époque où les monopoles des GAFA sont de plus en plus remis en question, la bataille d’Epic résonne dans le monde entier. Ainsi, selon le site spécialisé dans les technologies " The Information ", Epic aurait approché d’autres firmes tech (notamment Spotify) afin de former une " coalition anti-Apple ", afin de mobiliser l’opinion publique de manière plus large. Car, plus qu’une décision judiciaire, c’est surtout au niveau politique que les lignes doivent bouger, en termes de réglementation de concurrence. A la fois les développeurs, et les utilisateurs d’applications sont à la merci des GAFA, tant au niveau du prix des applications que de l’utilisation des données, tant ces firmes ont bénéficié d’un vide juridique et politique durant de nombreuses années. Et c’est ce que veut faire valoir Epic : il soutient qu’il a toutes les chances de prouver qu’Apple enfreint le droit à la concurrence.

Apple se met les développeurs à dos

En plus du bannissement de Fornite de l’AppStore, Apple a également décidé de mettre fin à l’accès d’Epic à ses outils de programmation sur iOS. Une décision qui peut avoir un impact énorme pour les développeurs de jeu vidéo, mais aussi Apple. En effet, Epic Games est également le développeur d’un des principaux moteurs graphiques utilisé dans l’industrie vidéoludique : Unreal Engine. Le moteur graphique est le programme qui va servir à l’assemblage des différents éléments d’un jeu : modèles 3D ou 2D, sons, lumière, textures, etc. Empêcher l’accès aux outils de développement Apple, c’est tout simplement empêcher les développeurs de jeu de créer des jeux iOS avec Unreal Engine. Microsoft a même annoncé son soutien à Epic dans ce cadre.

Une décision étonnante de la firme californienne : elle se met par là encore plus à dos les développeurs de jeu vidéo, et sort une arme à double tranchant, alors qu’elle a récemment lancé Apple Arcade, une plateforme tout spécialement dédiée aux jeux mobiles.

Le 24 août, la justice américaine a considéré qu’Apple ne pouvait pas exclure Epic Games de leur programme de développement, mais a donné raison à Apple sur l’exclusion de Fornite. "L’éditeur s’est mis lui-même dans cette situation difficile" a estimé la juge. Une nouvelle plainte a ainsi été déposée par Epic le 4 septembre, afin de convaincre la justice californienne d’imposer un retour de Fornite sur l’AppStore.

Apple, de son côté, rappelle qu’Epic est tenu de se conformer à la décision de la juge, et de se conformer aux règles de leur store s’ils veulent que Fornite y revienne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK