Ennemi Public, la nouvelle série belge primée à Cannes et inspirée de l'affaire Dutroux

Ennemi Public, la nouvelle série belge primée à Cannes et inspirée de l'Affaire Dutroux
Ennemi Public, la nouvelle série belge primée à Cannes et inspirée de l'Affaire Dutroux - © RTBF

Après la diffusion de La Trêve qui a marqué le début du Fonds séries belges imaginé par la RTBF et la fédération Wallonie-Bruxelles. La nouvelle série Ennemi Public a été présentée ce mercredi matin à la presse. Si La Trêve avait remporté un franc succès, Ennemi public, comme la suite des séries 100% belges, s’avère très prometteur.

Ennemi Public relate l'histoire d'un homme, Guy Béranger, l’ennemi public numéro 1 qui, arrivé au bout de sa peine de prison, est transféré en conditionnelle à l’Abbaye de Vielsart.  Son transfert provoque l’émoi populaire dans tout le pays et particulièrement au sein de ce petit village. Peu de temps après l’arrivée de Béranger, une fillette disparaît aux abords de l’abbaye. C’est tout le village de Vielsart qui s’enflamme…

Tout au long des 10 épisodes, cette série va suivre différents personnages, confrontés de près ou de loin à cette affaire.

Inspirée de l’affaire Dutroux

Le thème principal, qui apparaît dès les premiers instants de la série est sans aucun doute librement inspiré de l’affaire Dutroux-Martin. Un homme a kidnappé et tué des enfants. Il y a un transfert dans un monastère. Mais les réalisateurs ne veulent pas que cette thématique repousse le spectateur.

"Ca faisait déjà un an que je parlais beaucoup de l’affaire Martin. Je trouve qu’il y a un terrain d’écriture extrêmement intéressant là derrière. Cela soulève des questions que je trouve très importante pour nous les belges. Il ne faut pas que ce soit un frein pour les gens. C’est le point de départ mais c’est une toute autre histoire, avec d’autres personnages, on pose d’autres questions. D’ailleurs, notre criminel, Guy Béranger, n’est pas un pédophile. C’est plutôt, pour prendre une référence, un ‘Hannibal Lecter’, un psychopathe manipulateur, fascinant et pervers à la fois", souligne Matthieu Frances, l’un des réalisateurs.

Primée avant même la diffusion

Cette série devrait donc avoir un certain intérêt auprès du public belge, ayant été touché de près ou de loin par cette affaire. Mais ce n’est pas le seul élément prometteur pour Ennemi Public.

La série a remporté le prix coup de cœur du Mip Drama Screenings à Cannes. Ce concours réuni des professionnels du monde entier. Ennemi Public a fait forte impression en remportant ce prix.

"On ne s’y attendait pas. Il y avait 12 projets sélectionnés parmi lesquels des séries de très haut niveau avec notamment la BBC et Sky TV. On a très vite senti qu’on était les petits poucets. Mais ils ont décidé de nous octroyer le prix. C’est un boost génial pour nous. Ça nous a donné vraiment confiance en notre travail. Savoir qu’il y a une reconnaissance internationale de très haut rang, c’est juste le pied", déclare Matthieu Frances.

Nouveau souffle pour le secteur

La RTBF, qui a coproduit et diffusé seulement quatre séries belges en un peu plus d’une décennie, a revu sa politique en la matière, en travaillant avec le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le nouveau Fonds pour les séries a pour ambition de faire fructifier la production belge francophone, mieux faire connaître les talents auprès du public belge en lui offrant des épisodes hebdomadaires en prime-time, et permettre à ces séries de devenir un nouveau tremplin pour le cinéma. En tout, onze projets sont en gestation.

"Lancer ce développement de plusieurs séries c’est une super nouvelle pour les acteurs, pour les réalisateurs. Il y a eu La Trêve, Ennemi public mais il y a encore d’autres séries qui vont arriver. Pour nous c’est génial. Ça va peut-être aussi pousser le téléspectateur d’aller voir du cinéma belge, qui est un peu boudé pour l’instant en Wallonie", déclare Jean-Jacques Rausin, Michaël Charlier dans la série, l’un des personnages principaux.

"Pour les acteurs c’est formidable parce que c’est une vitrine. Ça va donner l’envie aux téléspectateurs d’aller voir leurs acteurs belges et d’arrêter de parler systématiquement de nos voisins qui sont formidables aussi, mais voilà", ajoute Stéphanie Blanchoud, qui tient le rôle de Chloé Muller, l’un des personnages principaux.

Coproduite par Playtime Films, Entre Chien et Loup, Proximus et la RTBF, Ennemi public est écrite par Matthieu Frances, Gilles de Voghel, Antoine Bours, Christopher Yates et Fred Castadot. La réalisation est signée Matthieu Frances et Gary Seghers.

La date exacte de diffusion à la RTBF reste toujours secrète pour le moment mais vous pourrez découvrir Ennemi public tout prochainement, c’est-à-dire dans les semaines qui viennent, sur vos écrans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK