En Afrique, Netflix mise tout sur le mobile (et baisse ses prix)

Passer une soirée devant une série ou un film sur Netflix, c’est devenu une habitude dans nos pays, surtout lorsqu’une pandémie provoque un confinement de deux mois. Encore faut-il, pour en profiter, disposer d’un ordinateur ou d’une télévision connectée. En Afrique, l’internet passe bien plus souvent par le mobile, véritable roi sur le continent.

En 2016, plus d’un demi-milliard d’Africains utilisaient des services de téléphonie mobile, 46% de la population totale, notait le site Slate Afrique. Une réalité à laquelle Netflix a bien dû s’adapter : le géant du streaming lance des offres dédiées au mobile, plus faciles d’accès… et surtout moins chères que les offres actuelles. Les offres Mobile (2,30 $) et Mobile + (3,50 $, qui permet d’ajouter un ordinateur portable aux smartphones et tablettes) sont bien en dessous des 9 à 16 $ que coûtent les abonnements TV.

Testée en 2018 en Egypte, puis en 2019 en Afrique du Sud, l’opération va s’étendre au continent entier. Parmi les pays sur lesquels Netflix compte particulièrement, le Nigeria, fort de son industrie cinématographique, Nollywood, et surtout de ses potentiels 100 millions d’utilisateurs mobile d’ici 2025. "Nous avons testé trois offres depuis plusieurs années et cela montre que les Nigérians préfèrent de loin utiliser l’offre mobile", précise un porte-parole de Netflix, interrogé par le site Quartz.


►►► À lire aussi : Nigeria : Nollywood, une industrie du cinéma qui stigmatise et diabolise l’homosexualité


Cela fait plusieurs années que Netflix s’inscrit dans une stratégie de séduction du continent africain. En plus de proposer un service plus adapté, la firme entend bien proposer des contenus locaux, notamment via ses programmes African Originals ou Made In Africa. "L’appétit est là, expliquait Dorothy Ghettuba, directrice du programme African Originals, dans une interview à CNN en juillet. Les Africains sont très demandeurs de contenu local et de bonne qualité. Il y a un esprit de fierté et d’excitation en Afrique."

Si la stratégie de Netflix pourrait s’avérer payante dans quelques années, il ne faut cependant pas négliger une concurrence féroce avec des services gratuits, comme YouTube. Ni oublier qu’Internet, même en mobile, a un coût en Afrique. "En comptant la croissance des quatre dernières années, il n’est pas certain que cinq ans soient suffisants pour atteindre une cible fixée à 3,6 millions d’utilisateurs", note le site spécialisé Techpoint Africa.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK