El Manchar, un site d'information parodique, fait rire toute l'Algérie

En Algérie, on rit de tout avec El Manchar, le Gorafi national
En Algérie, on rit de tout avec El Manchar, le Gorafi national - © Tous droits réservés

Ce n'était qu'une page Facebook où de petits messages humoristiques étaient postés quotidiennement. C'est aujourd'hui un site de fausses informations, parfois prises au sérieux, visité 800 000 fois par mois. Souvent comparé au Gorafi, en version algérienne, El Manchar est aujourd'hui bien plus qu'une copie du site français.

"Les Algériens sont avides d'humour, or il n'y avait rien sur le web et dans la presse qui répond à cette attente et à cette soif d'humour", explique Nazim Baya, le fondateur d'El Manchar. Il s'agissait donc de répondre à un réel besoin, alors que le terrain était absolument vierge. Dans un pays où la liberté de la presse n'est pas franchement une priorité du gouvernement (Reporter Sans Frontières a classé l'Algérie 119ème sur 180, dans son classement 2015 de la liberté de la presse), l'initiative est saluée par des fréquentations toujours en hausse.

Un équipe et une portée internationale 

Derrière ce site qui fait rire une foule considérable, cinq contributeurs seulement. Deux d'entre eux, dont Nazim Baya, sont en Algérie. Il y en a "deux autres en France et un au Canada. La moyenne d'âge est de 27 ans je dirais, et aucun de nous n'est journaliste", développe Nazim qui explique aussi que cet éclatement géographique empêche le site de créer une vraie rédaction. Pour lui, l'important n'est de toute façon pas là. L'important est de continuer d'alimenter le site, et de faire rire.

Les 800 000 lecteurs sont répartis un peu partout. Pour le fondateur, un tiers d'entre eux se trouve dans les pays du Maghreb, un tiers en France, et le reste est disséminé dans d'autres pays francophones. De son aveu, le site prend une ampleur considérable mais attention : pas question d'en vivre, "le but c'est d'abord de s'amuser, de faire ce qu'on fait dans le plaisir et pour le plaisir sinon ça devient ennuyeux", rappelle Nazim Baya.

Personne n'y échappe

Bouteflika, les ministres, les entrepreneurs, la société... Tout le monde a droit à son petit papier. Parmi les titres, on retrouve pêle-mêle "Un chef taliban traduit sa fille en justice pour outrage aux bonnes mœurs, parce qu’elle a osé naître toute nue", ou encore "Bouteflika sera empaillé et proclamé Président éternel".

À la surprise de beaucoup, le gouvernement n'a encore jamais réagi aux déclarations du site. Et pourtant, les perches qui sont tendues au gouvernement sont nombreuses. Le fondateur qui considère le site comme un électron libre dans le monde médiatique résume : "Nous ne sommes pas idéologues pour un sou. Nous prenons position dans chacun de nos articles, et cela ne nous a jamais fait peur".

Internet dans l'Algérie de 2015

Si El Manchar fait rire, El Manchar est aussi révélateur d'une situation, d'un pays, d'un état d'esprit, d'un changement. Derrière les rires, se cachent des messages et, derrière les clics, se trouve bien souvent une volonté d'avoir un autre regard sur ce que diffuse à l'unisson les médias plus officiels. Nazim Baya livre un regard très critique sur les choses qu'il nuance par la prévention : "L'Algérie de 2015 ? C'est l'Algérie de tous les espoirs déçus, un président fantomatique, un pays livré à une bande d'incompétents illégitimes qui le conduisent à toute allure vers un mur. Notre but, c'est aussi de dire 'Éh, les gars, on va dans un mur'".

En plus des initiatives personnelles qui tendent à redessiner le paysage médiatique et culturel du pays, Internet joue également un rôle primordial dans cette nouvelle façon d'aborder l'information et le quotidien. Les derniers chiffres montraient que 28% de la population algérienne est connectée. Parmi eux, 72% de personnes ont entre 15 et 19 ans. L'Algérie n'a peut-être pas encore fini son virage numérique, mais une chose est certaine, les jeunes Algériens l'ont déjà pris. En témoigne El Manchar.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK