Du Walkman au streaming, 40 années de musique dans votre poche

Du Walkman au streaming, 40 années de musique dans votre poche
7 images
Du Walkman au streaming, 40 années de musique dans votre poche - © Tous droits réservés

Cela fait tout juste 40 ans. Le 1er juillet 1979, le groupe japonais Sony lançait son célèbre Walkman sur le marché. Pour la première fois, un appareil permettait de lire ses morceaux préférés dans la rue, dans les transports en commun ou même en plein jogging.

Aujourd’hui désormais, tant nos goûts musicaux que notre façon d’écouter de la musique ont bien changé. Du baladeur au smartphone, retour sur quatre décennies de musique nomade.

La Stereobelt

Difficile de l’imaginer aujourd’hui, mais il était impensable de pouvoir écouter de la musique hors de chez soi avant l’apparition du walkman. La première idée d’un prototype de baladeur vient de l’inventeur allemand Andreas Pavel.

Embêté par cette obligation d’être cloué dans son fauteuil pour écouter ses artistes préférés, il dépose en 1977 un brevet d’appareil baptisé "Stereobelt" (littéralement, "ceinture stéréo"). Mais voilà, les industriels contactés (Grundig, Philips, Yamaha et ITT) n’y voient rien d’autre qu’un vulgaire gadget : qui voudrait avoir l’air aussi ridicule en se promenant dans la rue avec des écouteurs sur les oreilles ?

Le Walkman (et le Discman)

Deux ans plus tard, en 1979, ça y est. Le japonais Sony commercialise le Walkman. La petite brique bleue et grise permet d’écouter une cassette audio n’importe où, contenant généralement 60 à 90 minutes de musique.

220 millions d’exemplaires seront écoulés dans le monde entier. Qu’on le veuille ou non, les étranges spécimens au casque vissé sur les oreilles ont envahi les rues. "Attend-il dans les décibels / Les ondes d’un monde parallèle / Qui lui ressemble et qui l’appelle / L’enfant au walkman", chante Julien Clerc en 1987.

Mais Andreas Pavel, qui n’avait pas proposé ses brevets à Sony, s’estime floué. Après une bataille judiciaire longue de 25 ans, Sony reconnaîtra ne pas avoir inventé le concept de baladeur audio. Malgré les plusieurs millions d’euros versés à l’allemand, Sony conservera son image de pionnier de la musique de poche.

En 1982, on passe au numérique avec le disque compact (CD), conjointement développé par Philips et Sony. La déclinaison portative arrive deux ans plus tard avec le Discman, offrant un son de meilleure qualité pour 75 à 80 minutes de plaisir musical.

Le lecteur MP3

Toujours plus petit, toujours plus léger, toujours plus de musique. Dans les années 1990, Sony et Philips se lancent chacun de leur côté dans l’élaboration d’un nouveau support qui serait enregistrable. Parmi les multiples échecs commerciaux, on retiendra le MiniDisc de Sony, capable de stocker 74 minutes de musique compressée.

Cette fois, la révolution vient de Corée. Jae Kwan Lee, petit fils d’un des fondateurs de Samsung, lance le MPMan en 1998. L’appareil est capable de lire les fichiers MP3 en provenance de nos ordinateurs. S’il ne pouvait contenir que 4 chansons dans sa mémoire interne à l’origine, d’autres modèles de plus grande capacité seront rapidement lancés sur le marché. Des dizaines d’autres marques reprendront le concept en l’améliorant.

L’iPod

La grande innovation technique viendra de la miniaturisation des disques durs, qui permettront de faire exploser la limite maximale de stockage. Le modèle le plus connu du grand public reste sans doute l’iPod d’Apple, lancé en 2001 sous le slogan "1000 chansons dans votre poche". C’est l’époque des boutiques en ligne de musique dématérialisée telles que l’iTunes Store, mais également du partage illégal de fichiers avec, entre autres, Napster, Kazaa ou LimeWire, ce qui obligera toute l’industrie musicale à se repenser.

Le Streaming

Nos vieux lecteurs MP3 prennent aujourd’hui la poussière au fond de nos tiroirs, remplacés progressivement par nos téléphones mobiles et smartphones. Notre façon d’écouter de la musique s’est elle aussi complètement métamorphosée.

Posséder un morceau de musique semble désormais appartenir au passé. En témoigne l’annonce d’Apple en juin dernier, de remplacer iTunes par ses propres services de streaming. Le leader du secteur reste sans doute le suédois Spotify, avec 100 millions d’abonnés payants recensés en avril dernier. Le géant Sony, quant à lui, n’est jamais véritablement parvenu à s’imposer.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK