Du DynaTac au smartphone pliable: l'évolution du GSM depuis sa création

De 1876 à nos jours, le GSM a évolué et évoluera sans doute encore dans les prochaines années
8 images
De 1876 à nos jours, le GSM a évolué et évoluera sans doute encore dans les prochaines années - © Tous droits réservés

Aujourd'hui, on a du mal à croire qu'on a un jour pu se passer du GSM. Il prend une part si importante dans notre quotidien que les plus grandes marques se plient en quatre pour proposer toujours plus de technologies entre les doigts des utilisateurs. Dernière avancée en date : la promesse de Samsung de lancer la production de masse d'un modèle de smartphones pliables "dans les mois qui viennent". Un nouveau bond en avant dans l'évolution de ces technologies de communication mobile. Retour sur 42 ans d'évolution.

Après l’invention du téléphone fixe en 1876 par le britanno-canadien Graham Bell, il a fallu 97 années pour mettre au point la téléphonie mobile. Ah, quelle chance, pouvoir passer des appels n'importe où, n'importe quand. Les appareils utilisés à cet effet n'ont pourtant pas toujours été ceux que nous connaissons aujourd'hui, les opportunités qu'ils permettent non plus.

1973: le Motorola DynaTac 8000X ouvre la voie

Alors que le monde entier profite du téléphone fixe, dont la survie est aujourd'hui menacée, Martin Cooper présente le premier vrai téléphone portable. Cet ingénieur travaille alors pour la marque Motorola. Logique puisque avant de se spécialiser dans la téléphonie mobile, cette entreprise mettait au point des talkie walkie. Nous sommes en 1973 lorsque l'homme présente le Motorola DynaTac 8000X. Derrière ce nom à rallonge se cache un dispositif ni pratique, ni esthétique, ni ergonomique mais surtout révolutionnaire. Il permet, la même année, que le premier appel avec un GSM soit passé dans les rues de Manhattan.

Il permet de passer des coups de fil à distance sans devoir transporter une lourde valise. C'est pourquoi on le considère comme le premier "vrai" téléphone mobile, bien qu'il existait déjà des technologies permettant d'appeler à distance depuis 1956 et le SRA/Ericsson, une valise de 40 kilos qui était vendue environ 6500 euros. Le DynaTaC n'est commercialisé qu'en 1985 et suscite la curiosité mais aussi l’enthousiasme du public.

Concrètement, il s'agit d'un combiné blanc, gris ou "gris sombre", de 33 cm pesant 800 grammes et doté d'une longue antenne. Comprenez donc qu'à l'époque, impossible de glisser son GSM dans se poche. Les téléphones "portables" sont à ce moment, bien trop volumineux pour être facilement transportés avec soi. Concernant la batterie, son autonomie est limitée à une heure mais il en fallait dix pour qu'il soit chargé complètement avec son chargeur d'origine. Un autre câble d'alimentation sera commercialisé ensuite, limitant le temps de charge à une heure.

1989: le MicroTac ou la vraie portabilité

Moins de dix ans après la commercialisation de son premier modèle, Motorola remet le couvert et évolue avec un nouveau GSM : le MicroTac. On ne sait pas si "Tac" fait référence au bruit qu'il fait lorsqu'on l'ouvre ou le ferme mais il s'agit en tout cas d'un modèle à clapet.

Avec ce nouveau modèle, la société qui a créé le DynaTac fait un pas supplémentaire vers un téléphone vraiment portable. Il sera le téléphone le plus petit et le plus léger pour l'époque. Cela lui vaudra les unes de la presse dans le monde entier lors de sa sortie le 25 avril 1889. Pas étonnant, donc, qu'il ait été vendu comme LE "téléphone cellulaire de poche".

Ce type de téléphone se compose d’un boîtier en plastique noir ou gris et d'un clavier composé de 8 caractères. Aucun rapport avec les GSM que nous connaissons aujourd'hui mais il pouvait tout de même être glissé dans la poche d'une chemisette et son antenne était rétractable. Cette révolution vaut son pesant d'or puisqu'il fallait débourser pas moins de 2646 euros pour avoir son propre MicroTac. 

De 1992 à 1998: premier SMS made in Nokia, puis le Snake

Dès 1987, la société finlandaise Nokia avait tenter de concurrencer Motorola avec le Nokia Cityman, un combiné semblable au DynaTac mais c'est réellement en 1992 que le constructeur touche à tout - l'entreprise officiait dans l'industrie papetière et du caoutchouc avant de se recentrer sur la technologie - marque le secteur de la téléphonie portable.

Avec le Nokia 1011, sorti cette année-là, la marque permet l'envoi du premier SMS le 3 décembre 1992. Il s'agit d'un petit bloc rectangulaire, noir et doté d'un petit écran digital. Avec ses 475 grammes et son heure et demi d'autonomie, ce modèle fait un pas supplémentaire vers le GSM moderne. Mais c'est aussi le début d'une rapide entrée dans ce qu'on pourrait appeler aujourd'hui "l'âge d'or de Nokia".

Autre révolution apportée par les finlandais, le célébrissime jeu du serpent qui doit gober des petites billes pour grandir sans se mordre la queue. Il s'agit bien entendu du Snake, apparu pour la première fois en 1998 sur le modèle baptisé 5110. C'est aussi sur ce GSM qu'apparaît pour la première fois la "touche Navi".

Les évolutions qui suivront ce modèles seront telles qu'en 1998, plus de téléphones mobiles seront vendus que de voitures et d'ordinateurs portables réunis, cela prouve que les évolutions technologiques des GSM ont permis un alignement parfait entre coût et portabilité. Cette année correspond avec l'apparition du mythique Nokia 3310, que l'on peut à nouveau se procurer en une version remastérisée, à l'instar d'une foule d'autres objets "vintages". Au-delà de son ergonomie, c'est surtout l’apparition de la couleur qui sera l'atout de ce modèle.

2001: GSM et appareil photo à la fois

L'année 2001 marque l'entrée dans un nouveau millénaire mais aussi la sortie du Sharp J-SH04. Non, il ne s'agit pas d'un nouveau robot de Star Wars mais du premier GSM doté d'un appareil photo intégré. Cela semble aujourd'hui banal mais pour l'époque c'est une véritable révolution. Fini les appareils photos à devoir toujours transporter avec soi, maintenant le GSM fait aussi office de capteur d'images.

Au japon, le succès est immédiat, ce qui se répercute sur les chiffres relatifs au GSM : en un an, le nombre de SMS envoyés et reçus à travers le monde via mobiles est passé de 17 à 250 milliards. 

Appareil photo et téléphone portable ne font plus qu'un, le mix entre ces deux objets se généralise pour les générations suivantes.

2007: la révolution iPhone

Plusieurs années passent avec leurs lots de modèles de GSM à clapet, à glissière ou traditionnels mais c'est en 2007 que survient le tournant le plus révolutionnaire de l'histoire de la téléphonie mobile. Fini les vieux Nokia et Motorola, place au géant Apple. Le 10 janvier de cette année-là, applaudissements, cris, rires et stupéfaction rythment la première Keynote de Steve Jobs, cette "cérémonie" où il présente les fonctionnalités de ce qui deviendra le premier smartphone.

En cause : les possibilités offertes par ce petit bijou de technologie de l'époque, fruit de 2 ans et demi de conception. Et le célèbre patron de la marque à la pomme en est bien conscient, il décrit "un superbe iPod tactile, un téléphone portable révolutionnaire et un formidable appareil permettant d’aller sur Internet". "Ce ne sont pas trois appareils, mais un seul. Aujourd'hui, Apple va réinventer le téléphone", ajoute le magnat du numérique. Apple prend donc une nouvelle direction en s'incrustant dans le marché de la téléphonie mobile.

Avec son design inhabituel, sans touches réelles mais avec un contrôle totale via un écran tactile de 3,5 pouces, ce qui n'est rien comparé au 5,8 pouces du dernier modèle en date, l'iPhone X. Mais derrière cette apparence, le téléphone donne également dans la démesure avec un baladeur intégré, qui reprend les codes de l'iPod, commercialisé par la marque. Sa mémoire est aussi impressionnante : 4,8 ou 16 Go. Dernière innovation et pas des moindre, la compatibilité de ce téléphone avec les réseaux Wi-Fi. C'est le début de la connectivité des GSM.

Lors de la Keynote de l'année suivante, la marque annonce avoir dépassé son objectif de vente de 10 millions d'iPhone en un an, déclarant avoir vendu 13,7 millions d'iPhone dans le monde. Chez nous, la version affichant 4 Go étant vendue au prix de 499 euros, un compteur peu élevé par rapport aux prix que certains qualifient d'"exorbitants" que nous connaissons aujourd'hui pour les smartphones griffés d'une pomme.

What Else?

Depuis l'apparition de l'iPhone, c'est une véritable course à l'innovation sur le marché des téléphones portables. Toujours plus grands, toujours plus connectés et plus efficaces. C'est à celui qui aura la meilleure idée en premier, tant pour le design que pour les performances de ses appareils. Aidés par les technologies 4G et bientôt 5G, malgré un vaste débat à Bruxelles, ces petits appareils nous rendent aussi toujours plus accros.

L'iPhone première génération semble lui-même devenu complètement obsolète face à ses successeurs et autres concurrents. Alors quelle va être la prochaine grande innovation ? On sait déjà que le smartphone pliable est dans les cartons de Samsung et qu'un premier exemple a été dévoilé par la société Royole. Des projets expérimentaux de "smartphone qui se répare tout seul" sont aussi lancés.

Bref, en termes d'innovation, toutes les folies semblent permises. C'est donc à celui qui aura le plus d'inventivité que reviendra sans doute le nouveau virage en matière de téléphonie mobile, d'autant qu'une enquête publiée en 2017 par le SPF Economie sur base de chiffres de 2016  dévoilait que 97% des Belges âgés de 16 à 74 ans avaient utilisé un téléphone portable (GSM et smartphones confondus) au cours des trois derniers mois. On peut donc conclure que oui, les belges sont férus de téléphonie mobile, comme le monde entier, et ça, les entreprises qui se disputent le marché l'ont visiblement bien compris.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK